Iomega inscrit ses serveurs de stockage dans une stratégie cloud

CloudStockage
iomega-servers-stockage-strategie-cloud

Jusqu’à 48 To d’espace disque, un processeur Intel Core i3, un système d’exploitation dédié étroitement lié au cloud : avec le serveur de stockage StorCenter px12-400r, Iomega propose aux PME une solution polyvalente qui puisse interconnecter des sites distants.

Avec le StorCenter px12-400r, un NAS en rack au format 2U sur 12 baies en Sata2, Iomega (aujourd’hui devenu chinois) veut dépasser la dimension du stockage en réseau local pour interconnecter les sites distants, via le cloud EMC Atmos.

Avec cette configuration en Core i3 à 3,3 GHz, comprenant 4 Go de RAM DDR3, 4 interfaces Ethernet Gigabit et l’OS « maison » LifeLine, ce dispositif est taillé pour des applications relativement lourdes, qui s’énoncent en termes de virtualisation et d’intégration du cloud.

La compatibilité est assurée avec Windows Server (2003 / 2008 / 2008 R2), Citrix XenServer… et VMware vSphere 5.0, Iomega étant affilié à VMware par EMC.

Interconnecter les sites distants

Outre la prise en charge du NFS, Iomega met en exergue le support du protocole iSCSI, qui permet d’optimiser les performances en transmettant les commandes SCSI sur les réseaux IP, y compris vers les sites distants.

Il s’agit de tendre vers le rendement des environnements SAN (Storage Access Network) sans pour autant requérir le même investissement en capital et en ressources. Pour l’utilisateur, un seul volume physique s’affiche comme plusieurs disques locaux : jusqu’à 256 pour un accès au niveau des fichiers et 128 au niveau des blocs.

Plus globalement, ce dernier-né des StorCenter se veut un produit polyvalent, répondant à des usages tels que l’hébergement de sites Internet, la mise en place d’un serveur de messagerie, la sauvegarde dynamique des données métiers (déduplication avec EMC Avamar), la vidéosurveillance, la protection antivirus centralisée avec la solution McAfee VirusScan Enteprise intégrée en natif, etc.

Les trois ports USB intégrés au châssis (l’un est situé en façade) permettent d’échanger des données avec des périphériques de stockage externes ou de relier une imprimante.

Des besoins évolutifs

La fonction que remplira ce NAS est tout au loisir des entreprises. Iomega prône l’accessibilité tarifaire du produit dans sa version de base (3399 euros HT, pour 14 kg à vide ; plus de 9000 euros, en revanche, pour le modèle en haut de gamme) et fait en sorte qu’il puisse s’adapte à la croissance des besoins, notamment en termes de stockage. Limitée à 48 To par unité, cette capacité est extensible en passant par le cloud, grâce au connecteur EMC Atmos.

Au catalogue des options, on trouve une carte 10GbE (10 Gbit/s) à enficher sur le seul connecteur PCIe disponible. Côté logiciel, le système d’exploitation LifeLine s’est entouré de plusieurs applications Linux qui ont fleuri grâce à un SDK.

À noter qu’Iomega propose, pour 1999 euros HT, un plan d’assistance téléphonique en 24/7 avec échange standard sur site à H-4, un suivi de dossier en ligne et une garantie étendue de 3 à 5 ans. Intéressant, étant donné que la durée de vie des disques durs fournis est annoncée à 3 ans (1,2 million d’heures entre deux dysfonctionnements).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur