Pour gérer vos consentements :

IoT : Archos a choisi sa voie pour l’alimentation sans fil

Une caméra d’intérieur, une station météo, un tracker et une montre connectée. Quatre produits qu’Archos fait miroiter pour 2022. Leur particularité ? Ils embarqueront la technologie Cota.

Cette dernière n’est pas nouvelle : sa présentation remonte à 2013. Ossia, l’entreprise américaine qui en est à l’origine, la commercialise depuis environ cinq ans. Pas directement, mais sous licence.

Que permet Cota ? En résumé, l’alimentation sans fil. Son support : les ondes radio, dans le même spectre que le Wi-Fi domestique. Elle repose sur l’implémentation de récepteurs dans les appareils électroniques. Typiquement sous la forme d’une puce (gabarit indicateur : 1 cm ²) ou en intégrés au niveau des antennes.

Ces récepteurs balayent leur environnement en continu, en 2,4 GHz, à la recherche d’émetteurs. Le processus consomme à peu près autant d’énergie que le balayage Bluetooth, nous affirme-t-on.

Une fois la communication établie avec un émetteur, celui-ci transmet de l’énergie… qui prend le même chemin que le signal d’origine. Cela veut dire qu’elle évite les humains, les plantes et les animaux, le signal en question étant absorbé par la matière organique.

Alimentation sans fil : 20 W maxi pour Cota

Par rapport aux ultrasons et aux lasers, également exploités dans ce domaine, Cota n’est pas directionnel. Il peut donc donc alimenter un appareil qui n’est pas dans son champ direct.

Ossia annonce une portée allant jusqu’à 9 m avec un transmetteur. En y liant un deuxième transmetteur, on atteint 15 m.
La puissance maximale délivrée plafonne à 20 W. On est donc loin des performances actuelles de la recharge sans fil par induction, dont Qi est l’étendard. Mais l’usage cible n’est pas le même : il ne s’agit pas tant de charger des appareils que de les maintenir en fonctionnement dans leur environnement. Par exemple dans les véhicules. Sur ce volet, Ossia a monté une coentreprise avec l’équipementier indien Motherson.

Dans sa version destinée aux fournisseurs de services, la licence Cota peut inclure un logiciel (SaaS) de gestion. Au menu, contrôle du niveau de charge, priorisation des appareils à alimenter, protection par mot de passe, etc.

Archos prévoit une démo publique de ses appareils au CES. Du côté d’Ossia, on affichera un autre démonstrateur : une dalle de plafond qui embarque un transmetteur. Il n’est pas tout neuf, comme l’autre porte-drapeau de Cota qu’est la « Forever Battery », pile en théorie rechargeable « à l’infini »…

Illustration principale © Archos

Recent Posts

Cloud : 4 points à retenir du rapport Aryaka

Adoption cloud, espace de travail hybride, convergence réseau et cybersécurité… La migration monte en puissance.

4 heures ago

Automatisation et emploi : pourquoi l’Europe peut mieux faire

Impactés par l'automatisation, 12 millions d'emplois seraient détruits dans 5 pays d'Europe, d'ici 2040. La…

9 heures ago

Green IT : 10 chiffres sur l’empreinte écologique

L'ADEME et l'Arcep ont remis au Gouvernement leur rapport sur l'empreinte environnementale du numérique en…

10 heures ago

Cisco : 4 certifications qui rapportent

Dans les technologies et les réseaux, une expertise certifiée peut faire la différence. Les certifications…

1 jour ago

WeTransfer vers une valorisation de 716 millions €

Le service de transfert et de stockage de fichiers WeTransfer sera évalué entre 629 et…

1 jour ago

Threat intelligence : VirusTotal tente de valoriser les IoC

VirusTotal (plate-forme de renseignement sur les menaces) a récemment introduit le principe des « collections…

1 jour ago