Pour gérer vos consentements :

Les pirates s’intéressent de plus en plus à l’Internet des objets

Alors que le marché devrait compter 50 milliards d’objet connectés en 2020, l’Internet des objets (IoT) constitue un nouvel eldorado pour les cybercriminels. Lesquels s’y intéressent de plus en plus. Selon le nouveau rapport d’AT&T Cybersecurity Insights, dévoilé à l’occasion du Mobile World Congress (MWC) de Barcelone, les tentatives de recherche de vulnérabilité sur les objets connectés ont progressé de 458 % en deux ans. Pour l’opérateur américain, il ne fait aucun doute que « la sécurité de ces nouveaux appareils connectés est essentielle ».

Pourtant, si 85% des plus de 5 000 entreprises sondées dans l’étude ont ou vont avoir une stratégie IoT, seules 10 % affichent une confiance totale dans la sécurité de leurs objets connectés. Et seules 14 % d’entre elles réalisent des audits complets d’inventaire de leur parc d’objets et vérifient leur niveau de sécurité. Néanmoins, 68% des entreprises comptent investir dans la sécurisation de leur infrastructure IoT en 2016.

11 000 milliards de dollars

Reste à définir les priorités sur lesquelles focaliser cette sécurité. Sur les objets eux-mêmes, le réseau, la confidentialité des données ? Tous ces éléments à la fois. Une tâche complexe qui peut décourager les entreprises, notamment les organisations qui ne disposent pas des ressources pour traiter ces nouveaux défis. Naturellement, les opérateurs, AT&T en premier lieu, sont les premiers à proposer leurs propres services pour opérer leur stratégie IoT.

« L’Internet des objets constitue l’avenir des entreprises, en leur apportant de nouvelles capacités et une efficacité accrue pour les aider à rester à flots, commente Ralph de la Vega, vice-président de AT&T en charge des solutions entreprise et de l’international. Cependant, il est essentiel d’aborder IoT avec la sécurité à l’esprit afin de protéger efficacement votre entreprise. » L’activité globale générée par l’IoT pourrait dépasser les 11 000 milliards de dollars à l’horizon 2025, selon une étude de McKinsey datant de juin 2015. Quelle part de cette manne partira dans la poche des pirates ?


Lire également
Laurent Donnay, Accenture : « L’IoT ne décollera pas sans une réelle sécurisation des données »
La GSMA se penche sur la sécurité de l’Internet des objets
Haro sur la sécurité de l’Internet des objets

crédit photo iot sécurité © alice-photo – shutterstock

Recent Posts

Pistage : les navigateurs ne s’attaquent pas qu’aux cookies

Dans la lignée de Brave, Firefox met en place un mécanisme de filtrage de certains…

5 minutes ago

vSphere+ : qu’y a-t-il dans la vitrine multicloud de VMware ?

VMware a structuré une offre commerciale favorisant l'accès à des capacités cloud à travers vCenter.…

2 heures ago

Le PEPR cybersécurité prend forme : les choses à savoir

Le PEPR rattaché à la stratégie nationale de cybersécurité a connu une forme d'officialisation la…

7 heures ago

ESN : Numeum s’étoffe et précise ses priorités

Numeum, qui réprésente les ESN et éditeurs de logiciels en France, a précisé sa feuille…

1 jour ago

HPE Discover 2022 : Red Hat rejoint l’écosystème GreenLake

OpenShift, RHEL, Ansible... Red Hat va proposer une version sur site avec paiement à l'usage…

1 jour ago

Performance applicative : pas d’analyse sans observabilité ?

Cette année, le Magic Quadrant de l'APM (gestion de la performance applicative) englobe officiellement l'observabilité.…

1 jour ago