IoT et sécurité: Sopra Steria et IOTA unis par la blockchain

CloudDéveloppeursProjetsSécurité
sopra-steria-iota-blockchain-securite-iot

Sopra Steria s’associe à la fondation allemande IOTA pour travailler sur le triptyque blockchain – IoT – sécurité.

Lier Internet des objets, sécurité et blockchain. C’est le tour de force réalisé par Sopra Steria, en collaboration avec la fondation allemande IOTA qui vient d’être érigée. 

L’actualité le démontre régulièrement, des lacunes de sécurité demeurent dans le champ de l’IoT. Alors chaque objet connecté est potentiellement le vecteur d’un logiciel malveillant qui peut se propager sur le Web.

Le groupe informatique Sopra Steria ( conseil, intégration de systèmes, solutions métier…)  s’associe à la fondation allemande IOTA pour créer un framework destiné à optimiser la sécurité des objets connectés grâce à l’utilisation de Blockchain*.

Une technologie largement exploitée dans le cadre de l’émission de crypto-monnaies comme le bitcoin. Mais, de par sa nature même, la blockchain peut impacter d’autres secteurs comme l’Internet des objets.

« La cybersécurité des objets connectés est encore trop peu exploitée ; c’est là que le champ d’application de la Blockchain est le plus intéressant », explique Alexandre Eich-Gozzi, responsable de Blockchain Stream au sein de Sopra Steria, cité dans le communiqué. 

Pour donner du poids à son initiative, le groupe informatique d’envergure international (avec une présence dans 20 pays) s’est associé à l’IOTA.

Ce groupe transformé en fondation installée à Berlin qui a développé une architecture de registre distribuée (DLT pour Distributed Ledger Technologies en anglais), qui tend vers la logique des blockchains privés. Elle fournit des efforts en vue d’une approche standardisée et ouverte (open source).

Ce partenariat vient confirmer la légitimité d’IOTA, notamment sur la problématique de la sécurité de l’IoT”, évoque David Sønstebø, co-fondateur d’IOTA.

“Nous avons été pionniers dans le développement de la technologie Blockchain, de même que Sopra Steria a été l’un des premiers à l’intégrer. Il s’agit donc d’un partenariat parfaitement complémentaire.

Sur son blog, l’IOTA explique son objectif autour de son architecture DLT sans frais de transaction associée : “Créer un futur dans lequel les appareils peuvent communiquer de manière sécurisée et se compenser de manière autonome”. Ce qui pourrait se révéler précieux pour l’épanouissement de l’IoT et du Web 3.0 (intégrant l’IoT, le big data, l’intelligence artificielle…).

 

Grâce à sa approche DLT (baptisée Tangle), IOTA a vocation à “apporter la preuve du caractère infalsifiable de l’identité des objets connectés, véritable atout de cette technologie de pointe”.

Au coeur de la technologie blockchain, elle exploite un protocole dit « de bavardage » (gossip : protocol) afin de transmettre les transactions à travers le réseau.

Elle est également adossée à la technologie MAM (Masked Authenticated Messaging) qui répond à des besoins d’intégrité et de confidentialité des données. De quoi sécuriser les interconnexions entre objets connectés.

C’est dans cette logique que Sopra Steria et IOTA vont collaborer en vue d’élaborer un framework pour optimiser la sécurité dans le cadre de schémas d’exploitation IoT.

En échange de son savoir-faire et de sa technologie, IOTA pourra accéder au portefeuille des clients industriels de Sopra Steria, mais aussi tirer profit du pôle de compétences IoT du groupe éditeur de solutions logicielles et d’intégration.

La fondation IOTA a érigé d’autres groupes de travail comme la mobilité, la santé numérique, la FinTech, l’identité numérique, la supply chain et la cryptographie.

(Crédit Photo : Montri Nipitvittaya-Shutterstock)

*Blockchain :  technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente, sécurisée, et fonctionnant sans organe central de contrôle (source : Blockchain France)

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur