iPhone 4 : Gizmodo responsable mais pas (encore) coupable

Sécurité

Nouvel épisode de l’iPhonegate. Les protagoniste de l’affaire, Jason Chen et Brian Hogan, sont toujours suspects. La justice californienne divulgue de nouveaux éléments ce qui amène Apple à contacter un cabinet d’avocats.

Aucun autre iPhone n’aura fait couler autant d’encre avant sa sortie. Le supposé prototype de l’iPhone 4 perdu par un ingénieur d’Apple, trouvé dans un bar, racheté par Gizmodoet finalement rendu à Apple continue de faire parler de lui. La police californienne en charge de l’enquête a dévoilé de nouveaux éléments, ce qu’Apple n’apprécie guère. Au menu, des détails et une probable plainte d’Apple.

Rapide résumé pour les chanceux qui, exilés sur une île déserte, n’aurait pas eu vent de la bruyante affaire Gizmodo contre Apple. Un peu après la mi-avril, le site américain Gizmodopublie des photos du supposé iPhone 4 de la firme à la pomme. Coup de maître pour le site qui se fait une pub monstre, mais cache une histoire aux entournures crapuleuses derrière ce beau scoop.

Accablé par sa colocataire, le « receleur » de l’iPhone est sur la mauvaise pente

D’après les éléments dévoilés par la police du Comté de San Mateo, c’est bien l’ingénieur d’Apple, Gray Powell, qui a oublié l’iPhone dans un bar. Il est aussi avéré que c’est le patron du bar qui a trouvé l’iPhone et qui l’a confié à un certain Brian Hogan, lequel l’aurait vendu au rédacteur de Gizmodo, Jason Chen, éditeur des photos sur le site spécialisé dans les gadgets électroniques et nouvelles technologies.

Gizmodo a donc déboursé 5000 dollars pour se procurer cet iPhone dernière génération, et n’a pas fait cas aux appels d’Apple qui ont, visiblement, été passés par Steve Jobs lui-même, bien qu’il ne se soit apparemment pas présenté.

Le rédacteur de Gizmodo, comme le « receleur » de l’iPhone, sont donc mis en cause par la police californienne. Et ce d’autant plus que le témoignage de la colocataire de Brian Hogan l’accable. Elle rapporte entre autres faits les propos de Brian Hogan lorsqu’elle tentait de la dissuader de vendre le gadget. «[Désolé] pour lui [ndlr : l’ingénieur d’Apple]. Il a perdu son téléphone. Il n’aurait pas dû perdre son téléphone. », indique iGeneration.

Steve Jobs perd visiblement patience

« Désolé », Brian Hogan doit finalement l’être à l’heure qu’il est. D’après son avocat, Jeff Bornstein, il ignaorait enfreindre la loi en vendant cet iPhone. Suspect mais pas encore coupable donc, c’est aussi le cas du rédacteur de Gizmodo, dont le domicile avait été fouillé le 23 avril, mandat d’arrêt à l’appui. Cette fouille suivie du « braquage » de plusieurs ordinateurs, serveurs, de disques durs externes, de téléphones et de clés USB par la police avait fait grand bruit sur la Toile et dans le monde de la presse.

En tant que « journaliste », Jason Chen bénéficiait en effet, selon certains, de l’amendement sur la liberté de la presse. Au lieu de cela, il avait été considéré que Jason Chen était un simple bloggueur, d’où la porte de son domicile fracturée comme le commun des criminels…

Dans tous les cas, le sort de Jason Chen n’est pas enviable. Par le rachat de cet iPhone, la justice californienne peut considérer qu’il enfreint le code pénal, qui stipule que la connaissance du vol n’a pas à être nécessairement directe. Elle peut être « circonstancielle et déductive».

Apple, de son côté, ne décolère pas. Un iPhone perdu, retrouvé mais, ô drame, plus secret du tout et une enquête qui fait les choux gras de la presse américaine. D’après 1001actus, l’entreprise de Cupertino se serait donc rapprochée d’un cabinet d’avocats pour décider quelle suite donner à la divulgation, le 14 mai, des éléments pré-cités. La suite au prochain épisode…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur