iPhone : Orange ne sera pas impacté pour les Fêtes, mais après ?

Régulations

L’opérateur estime que la décision du Conseil de la concurrence remet en cause son business plan pour 2009

Orange tente de rester serein. La décision du Conseil de la concurrence de casser son exclusivité sur la distribution de l’iPhone d’Apple en France est un coup dur mais l’opérateur devrait pouvoir sauver l’essentiel.

En effet, il y a peu de chances que Bouygues Telecom et SFR parviennent à proposer avant Noël le célèbre terminal à la pomme avec leurs abonnements. Les délais semblent trop serrés. Du coup, dans un entretien à La Tribune, Jean-Yves Larrouturou, directeur exécutif de France Télécom affirme que “Cette décision n’affecte pas nos chiffres de fin d’année”.Précisions qu’en 2008, Orange a vendu 450.000 iPhone 3G et 150.000 iPhone de première génération et a donc atteint ses objectifs.

Par contre, pour 2009, la partie sera sûrement plus délicate, concurrence oblige. Orange indique ainsi que son plan d’investissement concernant l’iPhone va être remis en cause. (Cette décision) “remet en cause notre business plan qui était bâti sur une exclusivité de trois ans prolongée éventuellement de deux ans”, poursuit le directeur.

Ce jeudi, Apple se disait très déçu de la décision du Conseil de la concurrence. Car l’accord avec Orange lui était plutôt profitable. Non seulement la pomme percevait 30% des sommes facturées sur chaque client iPhone. Par ailleurs, Orange devait financer à hauteur de 50% les campagnes de communication menées par Apple pour son mobile. Autant de sources de revenus qui risquent de disparaître…

Orange de son côté, qui a décidé de faire appel, évoque une décision “grave qui remet en cause les efforts consentis par Orange pour développer les usages haut débit mobile en France”.

Rappelons que le Conseil de la concurrence vient de décider de suspendre à titre conservatoire l’exclusivité de la commercialisation de l’iPhone en France par Orange. Le gendarme de la concurrence donne donc raison à Bouygues Telecom qui l’avait saisi cet automne.

“L’exclusivité d’Orange sur l’iPhone est de nature à introduire un nouveau facteur de rigidité dans un secteur qui souffre déjà d’un déficit de concurrence”, explique le Conseil.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur