Japon: la machine à mesurer le stress

Régulations

Des files de Japonais à la queue leu-leu: ils sont concentrés à crachoter sur des bâtonnets. C’est la nouvelle mode : évaluez, comparez votre salive. Vous vous connaîtrez mieux…

La nouvelle mode dans les bars branchouilles de Tokyo : sucer le bâtonnet. C’est scientifique, c’est sérieux. Il s’agit d’une méthode, technologique paraît-il, pour «

prendre le pouls de l’âme ou du c?ur» de toute personne. En japonais, l’appareil capable d’exécuter cette délicate opération a été baptisé « cocoro meter », rapportait l’AFP le 6 décembre. En jargon marketing des pays développés, on sait qu’il existe un marché juteux des “stressés urbains” auxquels ce produit s’adresse. La “Cocoro meter” attitude Pour mesurer son niveau de stress avant et après trois heures de relaxation, le client ne fait que crachoter sur un bâtonnet avant de l’introduire dans le «cocoro meter». Il ne lui reste qu’à attendre quelques instants – en essayant de rester zen – pour lire le pictogramme qui s’affiche sur l’écran de l’appareil une minute plus tard. Selon Nicro Corporation, le fabricant du dispositif, la méthode est techniquement éprouvée: le taux d’amylase prélevé dans la salive détermine le niveau de stress de tout un chacun. Et pour les radins, le coût de chaque test ne devrait pas trop fausser les résultats. Après un investissement de départ de 142 euros environ, il suffit de remplacer le bâtonnet jetable. Coût du diagnostic: un euro pièce. Attention cependant à bien lire la posologie: tout abus de « cocoro meter» est la preuve que vous êtes déjà dans le rouge!


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur