Japon: une batterie organique rechargeable

Régulations

Le japonais NEC annonce le développement d’une batterie rechargeable basée sur des composants organiques. Il faudra encore être patient avant un usage à grande échelle

Les batteries pour appareils numériques, ordinateurs portables ou téléphones mobiles, sont essentiellement composées d’ingrédients hautement nocifs, en particulier de lithium et de cobalt.

NEC annonce une nouvelle technologie de batterie dite ORB ou ‘Organic radical battery‘, qui utilise un composant organique, le PTMA, et qui reprend la structure des batteries lithium-ion. Mais la technologie de NEC irait plus loin encore qu’une simple imitation grâce à des composants plus écologiques. Si la durée de vie d’une recharge serait plus réduite que sur batterie lithium-ion, la puissance d’ORB serait supérieure. Par exemple, quatre petites batteries de ce type ? le prototype mesure 55 x 43 x 4 millimètres (trois cartes de crédit empilées) pour un poids de 20 grammes – dans un ordinateur portable pourraient offrir la puissance nécessaire pour sauvegarder le poste et interrompre la session. Autres avantages intéressants, ORB peut être rechargée très rapidement, 80% de sa capacité en moins d’une minute, important pour les systèmes mobiles. Durant son utilisation et sa décharge, le voltage reste constant. Et sa durée de vie serait plus longue, son taux d’usure est donc moins élevé. NEC n’a pas donné d’indication sur une éventuelle introduction en phase industrielle de sa découverte, dont le développement a été lancé en 2000. Mais cette étape pourrait être franchie rapidement, le processus de fabrication serait très proche de celui des batteries lithium-ion. NEC s’accorde encore deux à trois ans pour évaluer les applications technologiques de ORB et envisager une commercialisation.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur