John Chen fait du teasing sur le Blackberry Classic

MobilitéSmartphones

Le PDG de Blackberry, John Chen, compte beaucoup sur le Classic, une version améliorée du Bold qui a fait le succès de la firme, pour redresser la barre.

« Quand nous perdons de vue ce que vous voulez et avez besoin, nous vous perdons. » C’est en ces termes que John Chen s’adresse dans dans une lettre ouverte aux « loyaux (actuels et anciens) clients » de Blackberry. L’introduction du PDG du constructeur canadien vise à annoncer l’arrivée prochaine d’un nouveau modèle de smartphone, le Classic.

Si le produit est nouveau, le modèle ne l’est pas tout à fait. De fait, le Classic reprendra ce qui a fait, par le passé, le succès de Blackberry avec le Bold : un clavier physique plein et un trackpad. « C’est l’appareil que vous avez toujours eu bien en mains et vous aide dans votre journée bien remplie », juge le dirigeant.

Relancer les ventes de smartphones

Si le Classic s’inspire du Bold, il bénéficiera évidemment d’innovations. A commencer par Blackberry 10, l’OS maison qui rompt avec l’univers de Blackberry 7 OS et apporte son lot d’applications propres, un Hub pour concentrer les communications ou encore le tout récent Blend qui synchronise les contenus entre le smartphone, un PC (Windows et Mac) et une tablette (Android, iOS) introduit avec le récent Passport. D’autre part, l’écran du Classic sera « plus grand et plus net ». Pour John Chen, « L’innovation ne sert pas à balayer ce qui fonctionne déjà pour en faire quelque chose de nouveau – il s’agit de prendre ce qui fonctionne et le rendre meilleur. En ce sens, BlackBerry classique représente le type d’innovation BlackBerry vers lequel nous tendons tous les jours ».

Le teasing de John Chen, qui promet plus de détails sur le Classic « dans les semaines à venir », s’inscrit dans la stratégie de relance des ventes de smartphones de la firme de Waterloo dont la part ne marché s’est effondrée ces dernières années aux profits d’Apple, Android ainsi que Windows Phone. Au cours du deuxième trimestre fiscal 2015 (arrêté le 31 août dernier), Blackberry a vendu 2,4 millions de téléphones dont les revenus comptent pour 46% d’un chiffre d’affaires partagé avec les services et les logiciels. « Nous sommes déterminés à gagner votre entreprise – ou de la regagner le cas échéant », lance John Chen. Le marché l’entendra-t-il ?


Lire également
BlackBerry regroupe ses solutions les plus profitables au sein d’une nouvelle division
Blackberry veut tourner la page de la restructuration
Smartphone en entreprise : Apple devant Samsung d’une courte tête


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur