John The Ripper 1.7, le ‘casseur’ est arrivé dans les bacs !

Sécurité

Pendant plus de sept ans, il aura fallu se contenter de quelques ‘snapshots’ non significatifs. L’auteur de ‘John The Ripper’, Alexander Peslyak Aka Solar, s’en excuse publiquement sur la liste Bugtraq. La faute désormais est réparée: il publie la version 1.7 de son logiciel casseur de mots de passe

Officiellement supporté par 11 systèmes d’exploitation, sans compter les différentes architectures disponibles pour chacun des OS, ‘John The Ripper’ supporte en natif les chiffrements DES, BSDI DES, MD5, Blowfish, Kerberos AFS DES et LanMan.

De nombreux patchs ont été développés afin de supporter d’autres types de mots de passe tels que ceux générés par MySQL, Lotus Domino, MS-SQL ou encore Oracle? Côté nouveautés, les performances de ‘John The Ripper’ ont été nettement améliorées grâce à une meilleure exploitation des ressources matérielles comme l’AltiVec pour les processeurs PowerPC G4 et G5, et la technologie MMX sur les processeurs Intel Pentium. John The Ripper 1.7 intègre désormais une journalisation des événements et une meilleure gestion de l’émulation ‘idle priority’ qui permet de ne pas impacter les performances des autres applications du système lorsque ‘John The Ripper’ est en fonctionnement. L’auteur a également pris soin d’inclure dans cette nouvelle mouture des réglages prédéfinis optimisés OpenBSD 32 et 64 bits, Mac OS X pour PowerPC et x86, Linux sur x86-64 et PowerPC.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur