Jour J pour le ‘.eu’. Déjà 100.000 demandes

Régulations

Attention à la ruée…

C’est ce mercredi que les entreprises vont pouvoir enregistrer des noms de domaines Internet en ‘.eu’ pour Europe. S’ouvre en effet la période de sunrise.

Durant deux mois, seuls les organismes publics et les détenteurs de marques déposées pourront enregistrer un nom de domaine en ‘.eu’. Du 7 février au 6 avril, des dossiers pourront ensuite être déposés pour des noms de sociétés, des marques non déposées ou encore des noms d’?uvres d’art. C’est seulement le 7 avril que les procédures d’enregistrement seront ouvertes à tous, ou plus précisément à “toute personne établie ou résidante dans l’UE“. Elle sera donc ouverte à tous les européens sans justificatif de droit à produire. Les premiers arrivés seront les premiers servis. Gare au cybersquattage ! La commissaire européenne à la Société de l’information et aux Médias, Viviane Reding, a déclaré : “Avec tout ce que j’entends, je suppose que cela va être une véritable ruée”. Il faut dire que le ‘.eu’ est très attendu. Et selon la commissaire européenne, “plusieurs centaines de milliers d’entreprises” vont se presser au portillon pour s’inscrire. Dans sa déclaration, elle encourage vivement les sociétés présentes sur la toile “à ne pas perdre de temps”. (voir notre encadré) Pourquoi un lancement échelonné ? Simplement pour éviter le “cybersquatting” par des personnes malveillantes qui achètent des adresses en vue de les revendre pour des sommes importantes. D’ailleurs, le site Domaines Info souligne que la Commission européenne a pris la précaution de bloquer 1.400 noms, à la demande des Etats membres de l’Union. La France en a ainsi réservé 124, dont les mots “France”, “République française” ou les noms de région. Les pays candidats à l’entrée dans l’Union (Roumanie, Bulgarie, etc.) ont pu bénéficier du même traitement de faveur. En cas de litige, c’est la Czech Arbitration Court, en République tchèque, qui recevra les plaintes. Au début, il en coûtera aux entreprises 10 euros de frais de souscription, directement versés à l’organisme Eurid, désigné par la Commission pour gérer l’extension jusqu’en 2010. A cela, il faudra ajouter 35 euros pour un organisme public, 45 euros pour les détenteurs de marques et 85 euros pour les autres types de noms de domaine. Les candidats au ‘.eu’ devront en outre verser une centaine d’euros au bureau d’enregistrement auquel ils se sont adressés. L’Eurid a accrédité 779 bureaux d’enregistrement dans le monde, tant dans l’UE qu’aux États-Unis ou même au Japon, chargés de recevoir les demandes des utilisateurs qui voient dans le ‘.eu’ un nouvel eldorado. 100.000 demandes en une journée

Près de 100.000 demandes d’enregistrement de noms de domaines internet en “.eu” ont été déposées ce mercredi auprès d’Eurid, l’organisme gestionnaire, pour le premier jour de lancement de la nouvelle extension. Sans surprise, le nom le plus demandé a été “sex.eu”. L’enregistrement a débuté à 10H00 GMT. Lors des 15 premières minutes, plus de 40.000 demandes ont été reçues, à un rythme dépassant 40 par seconde, avec un pic à plus de 60, selon Eurid.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur