Journées IDATE: Internet II et mobiles 3G sur la sellette

Régulations

Les 28è journées de l’IDATE qui viennent de s’achever à Montpellier auront permis de débattre sur les promesses idylliques ou réalistes de l’Internet à haut débit et des mobiles 3G. En 10 points clés, les arguments en balance!

1 – Au chapitre des défricheurs fonceurs, hérauts de l’Internet à haut débit et des applications novatrices, trois jeunes acteurs opérateurs -dont un français- ont tenu la vedette, lors des conférences et évocations d’experts! Free avec la présentation de son d-g, Michaël Boukobza, conforte son image et sa position d’opérateur de service ?triple-play‘ en France. Force est de reconnaître qu’il présente l’une des offres les plus compétitives mettant à disposition des fournisseurs de contenu ( TV ou autres…) ses tuyaux. Niklas Zennström, CE0 de Skype s’est également placé sous les feux de la rampe, grâce à son offre de prestations télécoms longue distance gratuites en P2P (peer-to-peer). Son modèle économique fait des envieux, reposant sur la gratuité et la non publicité institutionnelle, le développement par le bouche à oreille et la rentabilité sur l’effet de masse et les services induits ; déjà, il s’enorgueillit de 400.000 utilisateurs payants dans le monde. Et, bien sûr, Google n’était pas en reste: un orateur a rappelé qu’il est valorisé actuellement plus que le géant de l’automobile General Motors! Or, son modèle économique a été fondé sur un service gratuit de moteur de recherche lancé il y a 4 ans. 2- Cap sur les plates-formes de services: ce qui compte, ce ne sont plus les serveurs ni les services génériques mais les plates-formes de service. Ce sont elles qui sont susceptibles de délivrer des prestations sur mesure, rentables et recherchées par le consommateur ou client. La bonne recette, c’est que ce consommateur puisse l’utiliser de la façon la plus simple possible. Cet état de fait réoriente les industriels, comme Alcatel, et les opérateurs. 3- Généralisation de la VoIP: la voix sur IP va se généraliser chez tous les opérateurs. C’est inéluctable. C’est la victoire du “tout IP” sinon de l’IP roi. De même, on observe la généralisation de la convergence fixe mobile -stratégie clé, dont BT s’est fait le chantre. Néanmoins, France Télécom, par la bouche de son CTO, Marc Fossier, laisse entendre que ça prendra du temps, que la mutation promet d’être longue. A noter que le directeur de BT Retails, le français Pierre Danon, qui militait à Cannes sur ce même thème au Congrès 3GSM, a confirmé qu’il démissionnait pour prendre le poste de d-g adjoint chez Capgemini (lire nos informations par ailleurs). 4- Internet Act II? C’est la généralisation du haut débit: incontestablement, l’accès au haut débit et la mise en commun des contenus voix données image va dominer. Les opérateurs de télécoms deviennent des super câblo-opérateurs connectant leur abonnés par les moyens les plus appropriés Wi-Fi, Wimax, FTTH… ou deviennent, a souligné le d-g de Cegetel, des agrégateurs fournisseurs de services. 5-Mobiles: vision contrastée sur la 3G: parmi les opérateurs et les analystes, on tergiverse, on débat! Aucun doute que la gamme des services vidéos sur le mobile liée à celle des données et à Internet va provoquer une explosion des services pour l’abonné. Selon Didier Quillot, p-dg d’Orange France, rien n’est gagné d’avance: l’appropriation des services de TV sur mobile n’est pas évidente et il faudra tenir compte des retours du consommateur pour affiner le bon mode d’usage. Pour le nouveau COO de Lastminute, la combinaison des plates-formes d’expertise de service lié au boom de l’image et d’internet sur les mobiles va engendrer une véritable révolution dans l’accès aux services virtuels comme celui du marché de la vente de voyage en ligne. Un grand financier, Fidelity, a fait observer que la baisse de 30 milliards de dollars de la capitalisation boursière du japonais Docomo depuis le début de l’année -et cela malgré plus de 8 millions d’abonnés à ses mobiles 3G !- invite à plus de modération sur les perspectives idylliques de la 3G… Opinion non partagée par Alan Harper, dirigeant de Vodafone qui a claironné les premiers résultats positifs de sa 3G: il revendique 5 millions d’abonnés pour la fin de cette année et une prévision du tiers de ses abonnés en 2008 (le total actuel des abonnés Vodafone est estimé à 150 millions). 6- La synthèse des grandes tendances par Francis Lorentz (IDATE): Les discontinuités découlant d’Internet Acte II sont multiples: – les nouveaux entrants utilisent des “business models” reposant sur une croissance faible en chiffre d’affaires. (La gratuité devrait continuer, soutient Nicolas Dufourc); – la convergence informatique et télécoms oriente les développements vers les plates-formes de services arrimés sur un backbone protéiforme se confondant avec la Toile; – la vidéo ?on-demand’ devient, avec l’ accès haut débit, une réalité tangible; – l’accès au contenu doit répondre à de nouvelles exigences: sécurité – simplicité – nouvelle relation clientèle – nouveau modèle tarifaire. – le nouveau président de l’INRIA a fait fort justement remarquer que désormais c’est la production de masse qui prend le relais du militaire dans l’innovation technologique. Il y a 600 millions de mobiles qui fonctionnent dans le monde! 7- Nouvelle euphorie dans l’e-commerce? avec des taux de croissance à deux chiffres et des consolidations progressives comme le rachat de Kelkoo par Yahoo. La 3G devrait favoriser cette tendance. 8- La vogue de l’off-shore, sans complexe: pour rester compétitif dans ses services opérateurs, Cegetel table sur les fournisseurs d’équipement et de services asiatiques et indiens. Là où c’est évidemment moins chers… 9- Fidelity: gare au télécoms!…: l’expert financier s’est déclaré peu optimiste sur le court terme du secteur des télécoms. Il voit plusieurs indices préoccupants: – la dépréciation des équipements immobilisés chez AT&T aux Etats-Unis a été de 10 milliards de dollars! La question se pose de la réelle qualité et valeur des produits des équipementiers… – la dépréciation de la capitalisation de Docomo a été de 30 milliards de dollars en 9 mois! – le ‘free cash flow’ des Opérateurs Européens se chiffrerait à 50 milliards en 2004. Cette industrie de rente est à son sommet: cela ne pourra pas continuer? 10-La concurrence inquiète les opérateurs historiques et… alternatifs Chez France Télécom, on continue de se mobiliser… Didier Quillot confirme: à terme, 96% de la population Internet sera en haut débit; et d’ici à fin 2005, il faudra y ajouter plus 200 zones économiques et toute industrie qui en fera la demande via les instances locales. Ce revirement commence, paraît-il à inquiéter sérieusement les opérateurs, y compris les jeunes alternatifs. (*) Consultant, expert en télécommunications -Pabvision


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur