JWare Technologies : les logiciels monétiques à l’international

Cloud

JWare Technologies est encore un petit éditeur de logiciels monétiques. Mais ses ambitions internationales et ses premiers contrats le placent déjà dans la cour des grandes banques

Il y deux ans, quatre “anciens” du secteur de la monétique et de l’informatique bancaire ont décidé de pousser un peu plus loin leur collaboration passée en créant JWare Technologies. Leurs ambitions pour cette PME, qui compte aujourd’hui 20 personnes, ne sont pas modestes : devenir une référence mondiale en matière de transactions sécurisées

“côté serveurs” Jean-Michel Mamann, p-dg, explique que «contrairement à ses concurrents qui sont, avant tout, des sociétés de service et non des éditeurs , JWARE a engagé une démarche produit bien en amont». Au départ, les co-fondateurs se sont accordés une réflexion de 8 -mois, à l’issue de laquelle ils ont arrêté une liste des “56 points fondamentaux” susceptibles, à leurs yeux, de répondre aux besoins du marché de la transaction électronique. Cette démarche a donné naissance à « une solution novatrice et très riche qui ne se limite pas à la performance mais qui inclut aussi tous les aspects habituellement oubliés par les concurrents » comme la facilité d’exploitation et de paramétrage, la rapidité de développement, la gestion des versions et des modifications, la documentation automatique, bref tous les mécanismes qui doivent être prévus dans un produit dès sa conception. L’objectif pour les banques : baisser les coûts informatiques En matière informatique, le constat qui s’impose est le suivant. Les banques ont depuis toujours fait appel à des prestataires externes afin de développer des solutions sur mesure et elles se retrouvent aujourd’hui à la tête de systèmes stratifiés, où différentes couches de programmes s’empilent les unes sur les autres. C’est non seulement devenu ingérable, mais cela coûte cher en maintenance. Dans ce contexte, Jean-Michel Mamann a pensé pouvoir saisir sa chance. Il estime qu’aujourd’hui le marché est demandeur de produits standardisés et nettement moins chers : «Les clients recherchent une séparation nette entre le métier d’éditeur et celui d’intégrateur? Ils en ont assez d’être prisonniers de prestataires informatiques qui sont peu réactifs et très chers … Et à l’heure actuelle, le directeur informatique et le service achats ont un maître mot : diminuer le coût global». Il veut surfer sur la vague actuelle des migrations de systèmes monétiques et la nécessité d’un saut technologique qui verra les acteurs abandonner leurs anciennes configurations pour préférer des logiciels de type “plug & play”, comme ceux que propose JWARE. D’autant qu’il se targue d’offrir la seule “plate-forme universelle et multi-canal” avec des applications dans le secteur du paiement (distributeurs de billets, terminaux de paiement, paiement sur Internet, cartes prépayées pour les opérateurs téléphoniques) où le niveau de sécurité est maximal, aussi bien que dans la grande distribution avec les programmes de fidélisation, en passant par le contrôle d’accès, la santé ou les transports. La stratégie de JWARE : s’associer avec les intégrateurs Le jeune éditeur de logiciel a déjà su s’imposer auprès d’entreprises comme Prepay-Go, spécialisée dans le rechargement de cartes prépayées, notamment auprès des opérateurs de télécommunications européens, et Vitalicom, première référence-client visible sur le marché des centres d’appel monétiques bancaires. Pour dynamiser ses ventes et obtenir ses premières références-grand compte avec une banque ou une chaîne de grande distribution , JWARE noue des accords de partenariat avec des intégrateurs comme IBM, Cap Gémini, Sopra et Inforsud FM, avec lesquels ils répondent ensemble aux appels d’offres. Mais JWARE, qui n’entend pas s’arrêter au marché français, a des ambitions internationales qui viennent de se concrétiser avec une première signature bancaire. Non seulement, ses produits ont été conçus dès l’origine pour répondre à de telles exigences, mais l’entreprise basée en France, pays qui d’après Jean-Michel Mamann, dispose «depuis 15 ans, du système de paiement le plus sécurisé au monde», entend bien généraliser ce savoir-faire, d’autant que le paiement sécurisé est en train, à travers les normes EMV, de se développer dans le monde entier.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur