Kai-Fu Lee : la bataille fait rage entre Google et Microsoft

Régulations

La saga Kai-Fu Lee, du nom du chercheur débauché de Microsoft China pour prendre la tête du futur centre de recherche de Google en Chine, continue?

Rappel : le 19 juillet, Google annonçait le recrutement du docteur Kai-Fu Lee, scientifique chinois jusqu’alors vice-président chez Microsoft China.

Riposte immédiat de ce dernier, Microsoft a demandé à un juge de l’Etat de Washington d’interdire au docteur Lee de travailler chez son concurrent. Au motif que le docteur Lee, en poste chez l’éditeur depuis 1998, ne révèle à son nouvel employeur des “informations stratégiques“. Et le juge d’émettre une ‘ordonnance restrictive temporaire‘ qui impose au docteur Lee d’apporter la preuve qu’il exerce chez Google d’autres activités que celles qu’il exerçait chez l’éditeur, en contre partie d”accords de confidentialité et de non concurrence‘ contractuelles signées par ledit docteur. Voilà pour le dernier épisode. Mais voilà que Google réagit par juges interposés. Le moteur de recherche vient en effet de demander à un juge fédéral de Californie de statuer sur l’inapplicabilité du contrat de Lee avec Microsoft. Pour Google, la justice américaine devrait permettre au chercheur de rejoindre ses équipes, libéré de toute contrainte vis-à-vis de Microsoft, par les conditions de son emploi chez lui. Concrètement, Google entend mettre en avant que le Docteur Kai-Fu Lee vient d’obtenir la domiciliation californienne ? il résiderait à Palo Alto. Il disposerait d’un abonnement téléphonique en Californie, serait admissible sur les listes électorales de l’Etat, et aurait obtenu un permis de conduire californien. L’affaire est donc loin d’être classée. Mais le plus étonnant ici provient moins de l’affrontement judiciaire entre les deux géants, qui frise l’acharnement, que des réactions des médias et communautés américaines. D’un côté, les géants de l’industrie jouent plutôt profile bas, et les médias feraient presque la sourde oreille au rebondissement. En revanche, de l’autre côté, les communautés d’internautes, les blogs, les forums, ne massent derrière Google et brandissent haut le droit pour un salarié de travailler où il le souhaite. Décidément, Google a ses fans !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur