Pour gérer vos consentements :
Categories: Cybersécurité

Kaspersky : l’ANSSI britannique invite aussi à aller voir ailleurs

Les solutions Kaspersky, indésirables au Royaume-Uni ? Le NCSC (National Cyber Security Center) se garde d’employer ce terme. Mais il donne toutes les raisons d’aller voir ailleurs.

Dans la forme, son approche apparaît plus mesurée que celle de ses homologues européens – dont l’ANSSI en France. Elle ne manque pas pour autant d’injonctions claires. On pourrait la résumer ainsi :

– En 2017, le NCSC avait émis des recommandations à propos des produits « connectés au cloud ». Dans ce cadre, il avait appelé les agences gouvernementales à réévaluer le niveau de risque auquel les exposaient les produits en question, s’ils étaient issus de pays « ayant déjà attaqué le Royaume-Uni dans le cyberespace ». En guise d’exemple, un nom : Kaspersky. Le NCSC avait précision que les systèmes portant un objectif de sécurité nationale avaient tout intérêt à ne pas exploiter de produits que le Kremlin serait susceptible de détourner.

– Avec le conflit en Ukraine, le contexte a « considérablement changé ». Les consignes de 2017 restent valables, mais les voici élargies. Nettement. En l’occurrence, à toutes les organisations du secteur public. Ainsi qu’à celles qui fournissent des services à l’Ukraine, celles qui procurent des services liés aux infrastructures critiques et celles dont l’activité pourrait être vue comme contraire aux intérêts de l’État russe.

– Pour les individus, à moins d’entrer dans cette dernière catégorie, il n’y a a priori pas de raison, pour le moment, de se passer des solutions Kaspersky.

« Soyons réalistes : […] la loi russe impose [aux fournisseurs] de collaborer avec le FSB […] et les pressions dans ce sens pourraient s’accentuer en temps de guerre », explique le NCSC. Il faut y ajouter, précise l’agence, les hacktivistes, qui compliquent la donne.

« Vous pouvez choisir d’assumer le risque », concède le NCSC. Non sans avertir : « Se précipiter pour changer un produit ancré profondément dans votre entreprise pourrait occasionner les dommages que vous essayez d’empêcher »…

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

3 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

3 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

3 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

3 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

3 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

3 semaines ago