Kertel fait une croix sur la quatrième licence mobile 3G

Cloud

Kertel se retire de la course à la quatrième licence 3G. Sous le coût d’un emprunt de 20 millions d’euros, l’opérateur de cartes téléphoniques ne peut assumer les investissements nécessaires pour devenir opérateur mobile.

«Nous ne serons pas candidat à la quatrième licence », indique François Casassa, le prochain président du conseil d’administration de Kertel. L’opérateur MVNO (opérateur mobile virtuel) ne sera plus l’«outsider » de la 3G. Spécialisé dans les cartes téléphoniques prépayées, la firme n’aura finalement pas les reins assez solides pour tenter d’investir le marché des réseaux mobiles.

Lorsqu’elle était encore filiale d’Iliad, la société convoitait la 4e place d’opérateur, désormais sous l’égide de sa nouvelle maison mère, Proximania, la réalité a rattrapé Kertel. Alourdi d’un emprunt de 20 millions d’euro contracté par son nouveau propriétaire, l’opérateur hébergé par Bouygues Telecom, n’aura pas les moyens de ses ambitions.

Avec ce manque de liquidité, Kertel soustrait un candidat de la liste. Pour le moment, Free est le seul a avoir confirmé sa candidature pour l’acquisition de la quatrième licence 3G en France. Mais l’Etat ne voit pas d’un bon œil une candidature unique, puisqu’il attend au moins deux prétendants. Virgin Mobile dit être toujours intéressé et affirme étudier le dossier. L’opérateur britannique imaginerait même un partenariat avec Numéricâble.

Mais le milliardaire égyptien, Naguib Sawiris, souhaite aussi être de la partie en imposant Orascom (100 millions d’abonnés dans le monde). Après s’être implanté en Italie, l’opérateur voudrait conquérir le marché français. De son côté, Bolloré Télécom se dit également intéressé mais avec un partenaire. Les candidats ont jusqu’au 29 octobre pour déposer les dossiers. Le nouvel opérateur sera désigné fin mai 2010 au plus tard.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur