Découverte du Kingston Wi-Drive, un disque externe pour terminaux mobiles

MobilitéPoste de travailStockage
Wi-Drive © Kingston Technology

Le Wi-Drive est un étonnant petit périphérique sans fil, qui permettra aux terminaux mobiles de disposer d’une capacité de stockage complémentaire. Mais aussi aux PC, via quelques astuces que nous vous dévoilons en exclusivité.

Le Wi-Drive de Kingston Technology est un produit original. Ce disque externe est en effet un périphérique autonome, tel un NAS, mais accessible principalement en Wifi et fonctionnant sur batterie. Il est dédié aux terminaux mobiles : smartphones et tablettes.

La société augmente aujourd’hui la capacité maximale de son “microNAS”, ce qui permet de proposer les trois modèles suivants :

  • WID/32GBZE : 32 Go, vu à environ 80 euros TTC ;
  • WID/64GB : 64 Go, vu à environ 110 euros TTC ;
  • WID/128GB : 128 Go, vu à environ 170 euros TTC.

Les prix ont été relevés chez RAM Shopping, Kingston ne vendant plus ces produits en direct. Ils ne sont donc qu’indicatifs.

Un outil intéressant

Certes, le Wi-Drive est plus onéreux qu’un SSD, mais il se montre à peine plus volumineux (12,2 x 6,2 x 1 cm) qu’un disque dur 2,5 pouces, tout en proposant du stockage en réseau (Wifi 802.11g/n) et une fonction hotspot, bien utile pour pouvoir continuer à accéder au web. Le tout avec quatre heures d’autonomie.

Des applications natives sont proposées pour les machines mobiles Apple (iPhone et iPad), les terminaux mobiles Android et les tablettes d’Amazon. Attention toutefois, car quelques limites sont présentes : un maximum de 3 utilisateurs simultanés et pas d’utilisation en sans-fil depuis un PC… à priori (voir plus bas).

Une prise USB 2.0 permet de recharger l’appareil et d’y écrire des données. Les débits ne sont toutefois pas folichons : entre 7 Mo/s et 8 Mo/s. Il ne faut donc pas oublier que le Wi-Drive n’est pas conçu pour des PC. Il faut le voir comme un disque dur externe pour terminaux mobiles, lesquels pourront utiliser ou streamer son contenu (photos, musique, vidéos).

Un véritable outil de hackers

En creusant un peu, nous nous sommes aperçus que cet outil est plein de possibilités cachées. Depuis un PC, la connexion en Wifi est possible, mode passerelle Internet inclus.

En vous connectant à l’adresse http://192.168.200.254/ vous pourrez accéder au contenu du disque interne du Wi-Drive et dans http://192.168.200.254/config/ à la configuration du périphérique.

Mieux, nous avons découvert qu’une connexion en WebDav à l’adresse du serveur web du Wi-Drive permet de le monter comme un disque réseau (sans fil)… sans qu’il soit nécessaire d’installer un quelconque client.

Attention toutefois, car des soucis ont été rencontrés avec le client WebDav de Windows 7, comme l’impossibilité d’envoyer et de récupérer des fichiers de grande taille (plusieurs dizaines de mégaoctets).

D’autres clients que celui intégré à Windows 7 semblent connaitre moins de soucis (c’est le cas de DAV Explorer, par exemple). Un sujet qui sera à creuser plus avant donc, mais qui ne semble pas insoluble, car il n’est pas lié à la configuration interne du Wi-Drive. En tout état de cause les applications natives Android/iOS sont exemptes de ce défaut.

Chose sûre, le Wi-Drive est très ouvert. Ceci est d’autant plus vrai qu’un SDK est livré sous licence open source. Au cœur du Wi-Drive nous trouvons un composant tout-en-un Realtek RTL8196C comprenant une puce RISC MIPS, animée par un OS s’appuyant sur un noyau Linux 2.6.30.

Il est difficile d’en trouver toutes les caractéristiques, mais il semblerait que ce composant soit cadencé à 400 MHz et qu’il propose au moins 2 Mo de Flash et 16 Mo de SDRAM. Le tout avec un module sans fil 802.11n à 150 Mb/s. De quoi imaginer plein de solutions réseau alternatives.

Étrange mise à jour

Comme tout serveur qui se respecte, le Wi-Drive dispose de mises à jour logicielles. La dernière en date facilite l’utilisation du périphérique depuis un navigateur (en utilisant l’adresse http://192.168.200.254/). Vous la trouverez ici.

Contrairement à ce que le nom du fichier et les indications de l’outil de mise à jour supposent, aucun CD-Rom n’est créé ou requis. La procédure vise bien à mettre à jour le Wi-Drive, en direct. Connectez-le en USB à votre ordinateur, lancez l’outil de mise à jour, attendez (non, l’application n’est pas bloquée) et la mise à jour sera effective après quelques minutes.

Dernier point : à la racine de la mémoire du Wi-Drive se trouvent des fichiers de configuration. Si par erreur vous veniez à les effacer, pas d’inquiétude : un simple redémarrage de l’unité de stockage et tout sera rentré dans l’ordre.

Crédit photo : © Kingston


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur