Kubernetes : les marqueurs de la montée en puissance

Cloud
kubernetes-cncf

Architecture des déploiements, outils de gestion, fournisseurs… Les données de la CNCF apportent des indicateurs sur la manière dont Kubernetes est adopté.

Peut-on encore parler de conteneurs sans Kubernetes ?

La position prépondérante de ce dernier transparaît dans une enquête que la Cloud Native Computing Foundation a réalisée auprès de sa communauté.

Menée entre septembre et octobre 2019, elle a engendré 1 337 réponses, 38 % émanant d’Europe.

cncf-survey-base
cncf-survey-base-2

Au pointage précédent, effectué en juillet 2018, 73 % des répondants avaient déclaré utiliser des conteneurs en production ; et 58 %, Kubernetes.

Cette fois-ci, ils sont respectivement 84 % (+ 11 points)… et 78 % (+ 20 points).

usage-conteneurs

L’architecture des déploiements évolue moins sensiblement. Une grande partie regroupe toujours 2 à 5 clusters.

kubernetes-clusters

Helm reste l’outil d’empaquetage le plus populaire.

kubernetes-empaquetage

Pour ce qui est de l’ingress (gestion de l’accès externes au services dans un cluster), nginx reste en pole (62 % de taux d’usage en production). Il devance HAProxy (22 %) et Envoy (19 %).

L’isolation des ressources se fait majoritairement par l’intermédiaire des namespaces (75 % environ). Suivent la séparation des clusters (50 % environ) et l’usage d’étiquettes (20 %).

Au global, plus d’un tiers des organisations (34 %) ont désormais au moins 1 000 conteneurs en production. Elles étaient 27 % au pointage précédent. Le service géré d’AWS est exploité dans près de 30 % des cas. Idem pour l’offre concurrente de Google.

conteneurs-outils

Le « changement culturel » dans l’équipe de développement reste le principal obstacle au déploiement des conteneurs. Viennent ensuite la sécurité et la complexité.

conteneurs-defis

Serverless et cloud public

Toutes applications confondues, la CNCF note une accélération des cycles de mise en production. C’est au moins une fois par jour chez 27 % des répondants (+ 12 points). Et au moins une fois par semaine chez 28 % (+ 8 points).

release-cycles

Les approches hybrides consistant à automatiser en partie la mise en production progressent, à 41 % (+ 16 points). Dans le même temps, les processus purement manuels se réduisent (- 13 points, à 14 %). Les outils de CI/CD y sont pour beaucoup. Jenkins reste le plus populaire (58 %) devant GitLab CI/CD (34 %) et CircleCI (13 %).

release-cycles-automated

Le cloud public demeure l’option de déploiement la plus répandue. À 62 %, la proportion baisse, mais c’est dû en partie au fait que la CNCF ne proposait pas l’option « hybride » dans son enquête de juillet 2018.

cloud-emplacement

Le serverless se répand en parallèle. 41 % des répondants l’utilisent en production ; 20 % l’envisagent dans un horizon de 12 à 18 mois. Chez ceux qui utilisent une plate-forme hébergée, celle d’AWS est en tête.

serverless
serverless-hosted

Illustration principale © projet Kubernetes

Lire aussi :

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur 
Avis d'experts de l'IT