L’irrésistible montée de l’Ubuntu sur le marché des serveurs web

Réseaux

La distribution Linux Ubuntu gagne de plus en plus de parts de marché dans le secteur des serveurs web, s’approchant ainsi fortement du trio de tête dans ce domaine, CentOS, Debian et Red Hat.

Le site W3Techs fournit des statistiques intéressantes sur les technologies utilisées au sein des serveurs web. On y apprend ainsi, sans grande surprise, que les machines UNIX s’octroient aujourd’hui 64,2 % des parts de marché, loin devant Windows à 35,9 %.

Dans le monde UNIX, ce sont bien évidemment les distributions Linux qui cartonnent. Deux camps se partageant l’essentiel du marché : d’un côté, nous trouvons les Red Hat et CentOS (un clone communautaire de la Red Hat) et de l’autre les Debian et Ubuntu (un dérivé ‘modernisé’ de la Debian).

En une année, la CentOS a dépassé la Debian, qui tend toutefois à rattraper son retard. Ces deux OS disposent ainsi de respectivement 28,9 % et 28,6 % de parts de marché. La Red Hat, la seule offre payante des quatre, baisse de façon continue et se voit aujourd’hui adoptée par 15,3 % des serveurs web. La surprise vient de l’Ubuntu, qui est passée en un an de 9,1 % à 13,1 % de parts de marché. Une performance qui tranche avec la baisse des autres distributions Linux grand public, comme la Fedora ou la SUSE, et qui pourrait lui permettre de dépasser la Red Hat courant 2011.

Tous OS confondus, l’Ubuntu est utilisée sur 4 % des serveurs web de par le monde, contre 2,6 % un an auparavant. Une belle performance, qui est encore meilleure pour les sites en .fr, où les parts de marché de cet OS sont actuellement de 8,2 %.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur