La 3G : futur moteur du secteur mobile russe

Cloud

Avec plus de 160 millions d’abonnés, le marché russe de la téléphonie mobile est plus que prometteur. Le secteur s’apprête à prendre son prochain virage: la 3G

Le marché russe du mobile va prendre un tournant. Les opérateurs de télécommunication ne s’y trompent pas. La Tribune révèle qu’avec 163,5 millions d’utilisateurs, une croissance de 11% au troisième trimestre, et de 28% prévue pour l’année 2007 et un taux de pénétration de 116%, la fédération russe dispose d’un marché particulièrement vigoureux, même si à la limite de la saturation.

Trois opérateurs se partagent le marché: MTS (MobileTelesystems) Beeline (Vimpelcom) et MegaFon. Ce trio concentre à lui seul 83% de la clientèle mobile. Skyline, le quatrième opérateur ne jouit pas du même succès.

Les trois principaux opérateurs attendent la 3G avec impatience. Selon des prévisions réalisées par le ministère des Télécommunications russe, le marché pourrait bien atteindre les 27 milliards d’euros d’ici à 2016, principalement grâce à l’UMTS.

L’investissement réalisé par les opérateurs en vue d’acquérir une licence ne s’élève qu’à 1.200 euros. A titre de comparaison, l’Arcep, le régulateur français des télécoms, réclame la bagatelle de 620 millions d’euros pour l’attribution d’une licence 3G.

MegaFon et MTS n’ont pas perdu de temps. Le premier affiche déjà son tarif de 5 roubles (14 centimes d’euros) pour ses appels vidéo. Le second a choisi Ericsson et Nokia Siemens Networks pour bâtir son architecture réseau 3G. Selon MTS, son investissement évalué à 1 milliards d’euros devrait s’étaler sur trois années.

MTS espère atteindre les 11 millions de clients d’ici 2011 quand Vimpelcom, maison mère de Beeline, vise les 12 millions de clients pour 2014.

Loin de tabler sur des forfaits élevés, les opérateurs misent sur le nombre d’abonnés. Les nouveaux service 3G devraient certes faire augmenter les factures. Cependant, avec une marge d’exploitation de 50% (contre une moyenne mondiale de 32%), les opérateurs sont persuadés de passer à la caisse.

Toutefois, rappelons que la Russie n’est pas le seul pays émergent à faire le grand saut vers la 3G. China mobile, un opérateur chinois, avait durant cet été lancé un appel d’offres pour la fabrication de 2 millions de combinés compatibles avec la norme TD-SCDMA, la 3G chinoise.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur