La bibliothèque virtuelle BNE ouvrira cette année

Régulations

Le contre-projet européen de bibliothèque virtuelle, face à Google, est entré en phase ‘opérationnelle’. L’ouverture au public devrait se faire avant la fin 2006

L’Europe semble avoir mis le turbo pour rattraper Google et son pharaonique projet de méga bibliothèque virtuelle. Le contre-projet européen, initié par la France, entre

“dans sa phase opérationnelle”, a déclaré le ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres, cité par le porte-parole du gouvernement, Jean-François Copé. La BNE, pour bibliothèque numérique européenne, devrait ouvrir ses portes dès cette année. Côté français, le gouvernement se fixe ainsi pour objectif pour 2006 “la conversion de 70 à 80 % de la bibliothèque numérique “Gallica” (le site Web la BNF) en mode texte et la mise à l’étude de procédés industriels de numérisation de masse permettant de produire entre 300.000 et 400.000 documents numériques en trois ans”. Outre la mise en place “d’une structure public-privé associant, notamment, les éditeurs”, le plan du gouvernement prévoit “le développement d’une plate-forme de diffusion des contenus sous droits et libres de droits (…) en vue de l’ouverture d’un service au grand public courant 2006”. Et de poursuivre, “A condition de se coordonner et de rester unis, les Européens auront les meilleurs atouts dans la course actuelle à la mise en ligne de contenus de qualité”. Cinq pays – Allemagne, Espagne, Hongrie, Italie, Pologne – ont rejoint la France en avril dernier pour demander à la Commission européenne une initiative pour lancer un projet de BNE. De son côté, Google a déjà commencé à numériser massivement des ouvrages américains et européens, mais doit faire face à une fronde des éditeurs qui lui reprochent de procéder sans autorisation, qu’il s’agisse d’extraits ou de reproductions intégrales (voir nos articles).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur