La bibliothèque virtuelle BNE ouvrira cette année

L’Europe semble avoir mis le turbo pour rattraper Google et son pharaonique projet de méga bibliothèque virtuelle. Le contre-projet européen, initié par la France, entre

« dans sa phase opérationnelle », a déclaré le ministre de la Culture, Renaud Donnedieu de Vabres, cité par le porte-parole du gouvernement, Jean-François Copé. La BNE, pour bibliothèque numérique européenne, devrait ouvrir ses portes dès cette année. Côté français, le gouvernement se fixe ainsi pour objectif pour 2006 « la conversion de 70 à 80 % de la bibliothèque numérique « Gallica » (le site Web la BNF) en mode texte et la mise à l’étude de procédés industriels de numérisation de masse permettant de produire entre 300.000 et 400.000 documents numériques en trois ans ». Outre la mise en place « d’une structure public-privé associant, notamment, les éditeurs », le plan du gouvernement prévoit « le développement d’une plate-forme de diffusion des contenus sous droits et libres de droits (…) en vue de l’ouverture d’un service au grand public courant 2006 ». Et de poursuivre, « A condition de se coordonner et de rester unis, les Européens auront les meilleurs atouts dans la course actuelle à la mise en ligne de contenus de qualité ». Cinq pays – Allemagne, Espagne, Hongrie, Italie, Pologne – ont rejoint la France en avril dernier pour demander à la Commission européenne une initiative pour lancer un projet de BNE. De son côté, Google a déjà commencé à numériser massivement des ouvrages américains et européens, mais doit faire face à une fronde des éditeurs qui lui reprochent de procéder sans autorisation, qu’il s’agisse d’extraits ou de reproductions intégrales (voir nos articles).