La Bourse faiblit sous la crainte des attentats

Cloud

La Bourse de Paris, comme ses homologues européennes, a plongé à la suite de Wall Street, qui a reculé sous la pression des derniers événements géopolitiques

Ainsi que nous l’avions anticipé dès vendredi, la dégradation du climat géopolitique, accentuée ce week-end avec les attentats revendiqués par Al Quaïda à Istanbul et la menace qui s’annonce sur le Japon, a lourdement pesé sur la Bourse américaine et sur toutes les places boursières.

Frankfort a plongé de 3,24%, Londres de 1,32%. Les Etats-Unis s’enfoncent dans le bourbier irakien et les menaces d’attentats reprennent. Dans ces conditions, or et pétrole repartent à la hausse, tandis que dollar et cotations boursières vont accuser un mouvement inverse. A la Bourse de Paris, aucune des valeurs qui composent le CAC40 n’est parvenue à se maintenir en positif. L’indice vedette a plongé de 2,59% à 3.359,30 points. La Bourse de New York cède à la morosité, et pourrait retrouver le climat paranoïaque des mois qui ont suivis le 11 septembre 2001. Sous la crainte des attentats et la montée du mécontentement généré par la politique Bush en Irak, Wall Street recule. Le Dow perd 0,59% à 9.710,83 points, et le Nasdaq 1,07% à 1.909,61 points. Les valeurs technologiques enregistrent les plus forts replis. Ubi Soft recule de 5,64%, Alcatel de 5,12%, Transiciel de 5,04%, GFI Informatique de 4,36%, Business Objects de 3,99%, Atos Origin de 3,97%, Cap Gemini de 3,68% et Vivendi Universal de 3,63%. L’effondrement de la passerelle du Queen Mary II sur les chantiers de l’Atlantique est venu alimenter la série noire qui continue de peser sur Alstom. Le titre a perdu 4,47%.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur