La Bourse se redresse grâce à Texas Instruments

Cloud

Prudente, à quelques heures du discours du président de la FED sur l’état de l’économie américaine, la Bourse profite de la révision positive des prévisions de Texas Instruments pour s’inscrire à la hausse

La Bourse de Paris, prise en tenaille entre la brève incursion du Dow Jones au dessus des 10000 points et la proximité de la communication de la Réserve Fédérale américaine, a dû finalement se contenter d’une faible progression, le CAC40 effaçant ses pertes de lundi en reprenant 0,62% à 3.456,12 points.

Les places boursières européennes sont restées attentives à quelques heures de la communication d’Alan Greenspan, le président de la Réserve Fédérale américaine. La Fed, qui ne devrait pas rehausser son taux directeur – actuellement à 1%, le double de celui de la Banque centrale européenne – est surtout attendue sur les commentaires qui accompagneront l’évocation de la reprise économique et les risques inflationnistes. Après avoir flirté avec les 10000 points, la Bourse de New York a plongé en fin de séance, après justement l’annonce de la Fed, qui laisse ses taux directeurs. C’était attendu, mais le discours a été accompagné d’une de ces petites phrases qui mine le moral des investisseurs, la Fed ayant déclaré qu’elle ne pourrait relever ses taux directeurs avant “une période considérable” ! A Wall Street, le Dow Jones perd 0,42% à 9.923,42 points et le Nasdaq 2,08% à 1.908,32 points. Le marché boursier américain va aussi devoir la décision de la Fed à revenir d’une menace à la baisse sur neutre en matière d’inflation. A coup de fouet attendu, qui pourrait entraîner un mouvement haussier plutôt artificiel, la Fed a préféré jouer la carte du changement progressif. Les valeurs technologiques profitent de la révision à la hausse des prévisions de Texas Instruments pour repartir à la hausse. Mais pas STMicroelectronics, qui termine en retrait de 1,2% sur la perspective de placement des titres détenus par Finmecanica. L’OPE amicale de Cap Gemini sur Transiciel a rencontré un franc succès, le second ayant apporté 93,32% de son capital au premier. Quand la pluie sert de prétexte à la chute du dollar ! Selon l’institut allemand ZEW, le climat des affaires s’est ‘considérablement‘ amélioré au mois de décembre, progressant de 64,2 à 73,4, une progression très nettement supérieure aux attentes. Encourageant pour la première économie de la zone Euro, et qui profite un peu plus à la monnaie unique. Une étude de BTM/UBS, qui constate la contre-performance – en période de préparation des fêtes de fin d’années – des grands magasins américains la semaine dernière, avec une chute des ventes de 2,5%, a pesé sur le dollar. Un mauvais prétexte pour un nouveau recul du billet vert, car la chute des ventes a pris son origine dans un phénomène climatique, naturel et donc pas inquiétant, les intempéries ! L’opérateur téléphonique américain Verizon prévoit de provisionner environ 2,8 milliards de dollars après impôts pour financer le départ de 21.260 employés au dernier trimestre, auxquels viendront se cumuler environ 800 millions de dollars pour boucler les dossiers de départ à la retraite au premier trimestre 2004. Le groupe avait annoncé la réduction de 10% de ses effectifs, par des départs volontaires négociés, à l’origine de cette provision record.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur