Pour gérer vos consentements :

La Business Intelligence est la deuxième plus forte croissance du marché mondial des logiciels d’entreprise

Les éditeurs de solutions décisionnelles (Business Intelligence – BI), analytiques (Analytics) et de gestion des performances (Performance Management – PM) auraient généré 12,2 milliards de dollars de revenus en 2011, soit une progression de 16,4 % par rapport à l’année précédente, selon une étude du cabinet Gartner rendue publique lundi.

BI : la priorité des DSI en 2012

Ce secteur a enregistré la deuxième plus forte croissance du marché global des logiciels d’entreprise. Cette progression s’explique notamment du fait que les professionnels des technologies de l’information (IT) continuent à investir dans la BI, et ce « en dépit de contraintes budgétaires » liées à la situation économique mondiale, a déclaré Dan Sommer, analyste chez Gartner. Par ailleurs, a-t-il ajouté, « les solutions analytiques et décisionnelles constituent cette année la priorité première des directeurs des systèmes d’information » (source : Gartner’s 2012 CIO Survey).

Les projets relatifs à l’informatique décisionnelle sont relativement protégés des coupes budgétaires, selon les termes de M. Sommer. De plus, les directions des systèmes d’information ne sont pas les seules à investir dans la BI, le regain d’intérêt des directeurs financiers pour ces solutions en serait la preuve.

Le top 5 des éditeurs de solutions décisionnelles

Du côté des éditeurs, SAP a conservé en 2011 sa première place du marché mondial des logiciels BI – Analytics – PM, avec une part de marché de 23,6 % (2,88 milliards de dollars de revenus). Sur ce segment, l’éditeur allemand de solutions d’entreprise est suivi par quatre poids lourds américains : Oracle (15, 6 % de parts ; 1,91 milliard de dollars de revenus), SAS Institute (12,6 %), IBM (12,1 %) et Microsoft (8,7 %). Hors de ce top 5, l’ensemble des autres éditeurs de logiciels décisionnels a généré une part de marché de 27,5 % (3,36 milliards de dollars de revenus 2011).

« L’an dernier, a conclu M. Sommer, le marché était encore dominé par des solutions traditionnelles installées sur site. Néanmoins, des moteurs comme le cloud, le mobile et le big data joueront un rôle clé dans la plus grande adoption de ces logiciels dans les 10 prochaines années. »

Recent Posts

vSphere+ : qu’y a-t-il dans la vitrine multicloud de VMware ?

VMware a structuré une offre commerciale favorisant l'accès à des capacités cloud à travers vCenter.…

2 heures ago

Le PEPR cybersécurité prend forme : les choses à savoir

Le PEPR rattaché à la stratégie nationale de cybersécurité a connu une forme d'officialisation la…

6 heures ago

ESN : Numeum s’étoffe et précise ses priorités

Numeum, qui réprésente les ESN et éditeurs de logiciels en France, a précisé sa feuille…

24 heures ago

HPE Discover 2022 : Red Hat rejoint l’écosystème GreenLake

OpenShift, RHEL, Ansible... Red Hat va proposer une version sur site avec paiement à l'usage…

1 jour ago

Performance applicative : pas d’analyse sans observabilité ?

Cette année, le Magic Quadrant de l'APM (gestion de la performance applicative) englobe officiellement l'observabilité.…

1 jour ago

Cloud : comment protéger l’Europe de lois à portée extraterritoriale

Arbitrons en faveur d'un niveau élevé de sécurité dans le cadre du schéma européen de…

1 jour ago