La Caisse d’Epargne centralise ses projets informatiques sur MS Project/PPM

Régulations

La Caisse Nationale des Caisses d’Epargne a sélectionné Microsoft Project
Portfolio Manager pour centraliser les projets informatiques de ses quatre
plates-formes. Retour d’expérience

L’offre PPM (Project Porfolio Manager) de Microsoft est très récente, liée à une acquisition. La Caisse Nationale des Caisses d’Epargne (CNCE) a donc été l’une des premières entreprises dans le monde à déployer cette solution sous la marque Microsoft.

A l’origine de cette adoption, la décision de centraliser dès 2005 l’ensemble des projets informatiques des Caisses régionales et des diverses entités du groupe, ainsi que de ses quatre plates-formes informatiques. De quoi mobiliser 170 collaborateurs autour de 45 versions du plan informatique. Le tout géré manuellement, sans surprise, sous Excel.

Constat sur cette première année d’exploitation, la CNCE a assisté à un afflux de projets, et enregistré cinq fois plus de demandes qu’elle n’a la capacité de produire ! Autre constat, il est très difficile de chiffrer et de prioriser les projets. Enfin se pose la question de la transparence de la logique d’arbitrage dans le choix des projets et la définition des priorités.

C’est pourquoi en 2006 la CNCE a changé de stratégie et construit une procédure d’arbitrage. Elle a défini un parcours de projet en trois étapes : définir les projets – description, budget et qualification ; qualifier les demandes.

Et surtout la CNCE, très à l’écoute de Microsoft, s’est lancée dans l’aventure de Project Portfolio Manager. Elle a placé Project Portfolio Server au coeur de sa gestion du portefeuille des projets. Et “ça marche !“, affirme Eric Pogu, de la Direction Informatique Groupe.

En 2006, la CNCE a traité 800 demandes, avec 180 utilisateurs nominatifs et en période de pointe jusqu’à 250 mises à jour de projets par jour !

Le constat est simple : “Nous nous félicitons de l’adhésion globale sur l’outil. C’est quand même plus sympa qu’un tableau Excel, et en plus l’information est partagée. Et nous disposons d’un processus de tracking qui n ous permet de suivre l’information et l’instruction des demandes.”

Nous sommes aujourd’hui capables de produire des états à jour sur l’avancée des processus. Et l’arbitrage est simplifié par notre capacité à matérialiser le type de projet et le coût à affecter. Dans le futur, nous allons encore améliorer le processus d’arbitrage.

Quel avenir pour PPM à la CNCE ? “Ce n’est qu’un début, nous allons généraliser la démarche à toutes les filiales informatiques du groupe et même l’étendre à tous les projets, et pas seulmement informatique.

Sur un plan plus matériel, pour 2007, la CNCE – on l’a compris – va prolonger l’expérience de la gestion du portefeuille de projets, va intégrer PPM dans SharePoint afin d’ouvrir des sites de projets, et utiliser l’outil Optimizer de Microsoft afin d’optimiser son ROI (retour sur investissement).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur