La Chine et Freescale ensemble pour Linux sur systèmes embarqués

Régulations

Le Ministère chinois de l’industrie et Freescale créent un laboratoire d’évaluation pour le support des systèmes basés sur le système d’exploitation Linux et la famille des c?urs de processeurs PowerPC

Freescale Semiconductor va collaborer avec le

China Software and Integrated Circuit Promotion Center (CSIP), une division du Ministère chinois de l’industrie (Ministry of Information Industry ou MII). Dans un pays où Linux fait office d’alternative imposée face aux environnements propriétaires, Freescale cherche à renforcer sa position. Le fondeur, à l’origine de la technologie PowerPC en collaboration avec IBM, est moins tourné vers la fabrication d’architectures complètes ? même s’il fourni Apple pour équiper les Macintosh ? que vers la conception de c?urs de systèmes embarqués. “Il y eu beaucoup de progrès dans le développement de produits sous système Linux en Chine“, rappelle Qiu Shan Qin, directeur du CSIP. “Cependant, nous manquons de standards et de processus pour l’évaluation de la stabilité et de la compatibilité“. La démarche de Feescale en Chine entre donc dans une approche industrielle destinée à promouvoir l’architecture des c?urs (core) PowerPC auprès de l’industrie IT et des entreprises IT chinoises, et donc de valider sa technologie sous Linux, puisque le gouvernement chinois a pris fermement position pour le système libre. Le laboratoire, MII-Freescale Linux Systems Lab, sera basé à Pékin. Il sera équipé par Freescale et des sociétés tierces de postes de développement et de stations de travail basés sur le processeur PowerPC. Les outils de développements seront aussi fournis, à l’exemple du CodeWarrior Development Studio de Freescale. L’équipe chinoise du CSIP encadrera le laboratoire, et aura en charge l’évaluation et les benchmarks sur les produits Linux. Ce n’est pas à proprement parler une nouveauté pour le CISP, qui a déjà créé un laboratoire pour le développement de logiciels embarqués, et fournit des services à des fabricants comme Lenovo ou Dragon Chip. “Aujourd’hui, nous sommes heureux de créer un laboratoire commun avec Freescale Semiconductor pour les systèmes Linux, afin d’accompagner le développement de Linux en Chine, plus particulièrement pour la commercialisation de systèmes Linux embarqués“, a déclaré Zhang Qi, directeur MII du Electronics Information Products Department. Une déclaration qui en dit long sur les projets de la Chine, et la volonté de Freescale d’y être présent. L’électronique embarquée est un énorme marché industriel, que la Chine entend associer à Linux. “Avec cette initiative conjointe avec CSIP, Freescale accompagne l’innovation et accélère le développement des projets d’informatique diffuse (embarquée) en Chine“, vient confirmer Bill Dunnigan, directeur général de la division Computing Platform de Freescale. Les sociétés de logiciels chinoises sont invitées à rejoindre et à collaborer aux travaux du laboratoire. Et pour accélérer le mouvement, Freescale et le CSIP vont lancer au second trimestre un PowerPC Linux Developers Forum à Pékin. La Chine s’éveille, séduite par Linux. Freescale ne veut pas louper le coche. Le signe d’une accélération massive et stratégique de l’adoption de Linux dans l’industrie chinoise, que le fondeur espère placer en partie sous sa technologie PowerPC.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur