La Chine lance un 1er satellite pour son propre ‘GPS”

Régulations

Les chinois ont lancé un premier satellite dédié à la construction d’un
système de navigation national. Réflexe de défense?

Il s’appelle Beidou-2 et il a été lancé dimanche dernier du Xichang Satellite Launch Center dans la province du Sichuan. C’est un satellite et il est la première pierre spatiale du projet de GPS chinois.

De nombreuses nations du monde, comme l’Europe avec Galileo et aujourd’hui la Chine, souhaitent disposer d’une alternative au vieillissant système GPS (Global Positionning System) contrôlé par les américains.

Datant des années 70, le GPS ne répond plus aux besoins grandissants en matière de précision d’usage dans la géolocalisation. Mais surtout, dans un pays comme la Chine en particulier, il heurte la fibre militaire tout autant que certaines sensibilités politiques qui ne souhaitent pas voir les Etats-Unis contrôler cette technologie.

Le fait que Beidou-2 a été lancé de la même base que le missile qui a détruit un satellite géostationnaire et signé avec éclat l’entrée de la Chine dans la guerre spatiale, est ici particulièrement significatif.

Les autorités chinoises, par l’intermédiaire de l’agence d’état Xinhua, on indiqué que le système de géolocatisation chinois sera composé d’un réseau de 5 satellites géostationnaires et d’une trentaine de satellites médians.

Son usage, dont les premiers services devraient débuter en 2008, sera destiné au transport, à la météorologie, à la prospection pétrolière, à la surveillance des incendies de forêts, à la prévention des désastres, aux télécoms et à la sécurité des individus.

Et de confirmer : “Un système de navigation et de positionnement par satellite à une grande importance dans la défense des intérêts nationaux car il touche aux champs de la politique, de l’économique et du militaires.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur