La Chine se déclare victime de l’espionnage en ligne

Régulations

? et accuse l’Occident d’être à l’origine d’une campagne massive d’intrusion
dans ses PC concernés par des secrets d’état !

L’Internet est devenu le principal canal technologique des activités externes d’espionnage contre nos départements vitaux“, a affirmé Lou Quinjian, vice-ministre chinois de l’industrie de l’information dans le magazine Chinese Cadres Tribune.

La riposte de la Chine aux accusations occidentales de corruption, ou tout du moins de concomitance et laisser faire, des autorités chinoises avec certaines pratiques mafieuses de hackeurs chinois, ne s’est pas faite attendre.

Ces dernières années, le Parti, le gouvernement et les organisations scientifiques de recherche militaire de la défense ont subi beaucoup de cas majeurs de perte, vol et fuite de secrets, et les dommages aux intérêts nationaux ont été massifs et choquants.

La Chine accuse directement l’Occident d’avoir orchestré une campagne massive d’infiltration et de subversion sur ses ordinateurs, via des trous de sécurité, afin de contourner la censure du Parti communiste chinois et d’exposer ses secrets aux espions.

Elle accuse même les Etats-Unis et d’autres puissances ‘hostiles‘ (l’Allemagne et la Grande-Bretagne sont cités), d’avoir glissé dans les produits technologiques Internet exportés des portes dérobées ‘back door‘ afin de faciliter l’infiltration technologique et le vol de secrets.

Pire encore, les Etats-Unis auraient profité de la faiblesse de la Chine et de la domination de leur technologie pour exploiter Internet afin de réaliser une “infiltration politique“. De toute évidence, les vieux démons du communisme ne sont jamais bien loin?

Comme toujours dans le discours chinois, il faut voir au-delà de l’idéologie pour évaluer ce qu’il cache. Ici, en visant le danger sécuritaire des investissements étrangers en Chine, Lou Quinjian se fait le porteur d’un double projet : renforcer la sécurité de son pays contre les dangers des investissements étrangers en regroupant les agences chinoises en charge de la sécurité pour mieux contrôler l’Internet ; et inciter la Chine à donner une priorité à ses propres technologies.

Et de rappeler que les 140 millions d’utilisateurs de l’Internet chinois sont “pervertis par du contenu dégénéré et passéiste“… Lou Quinjian a donc proposé une nouvelle vague de mesures afin de durcir la censure et surveiller les échanges commerciaux, et bien évidemment la création de nouveaux organes de sécurité !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur