La Chine sur le point d'attribuer ses licences 3G

Cloud

Dans le même temps, Pékin plaide pour un rapprochement entre les opérateurs du pays

La téléphonie mobile de troisième génération chinoise devait faire son apparition pour les Jeux Olympiques de Pékin. Mais tout le processus a pris du retard suite aux tergiversations relatives au choix technologique. Bref, pour les JO c’est peut-être raté mais la Chine entend bien mener ce projet rapidement.

Le gouvernement annonce en effet qu’il va procéder à l’attribution des licences 3G auprès des opérateurs. Aucun calendrier n’a néanmoins été fixé. Ericsson, Motorola, Nokia, Siemens ou Orange ont noué des alliances avec des entreprises et le gouvernement chinois afin de profiter de ce très juteux marché évalué à 12 milliards de dollars.

Mais dans le même temps, Pékin entend remettre à plat le secteur afin de faire émerger des opérateurs fixes-mobiles et non plus spécialisés comme c’est le cas actuellement. Chine Mobile et China Unicom se partagent en effet le marché du mobile tandis que China Telecom et China Netcom sont présents dans le fixe. L’objectif serait donc de rapprocher China Unicom (125 millions de clients) et China Netcom (108 millions).

China Telecom, premier opérateur du pays avec 217 millions de clients prendra également une part dans China Unicom.

“Etre présent dans un seul type d’activité va non seulement à l’encontre des tendances technologiques mais cela entretien aussi de sérieux déséquilibres dans l’évolution du secteur des télécoms”, a souligné le ministre de l’Industrie et de l’Information, Wang Xudong. Et de souhaiter “un modèle d’activité avec tous les services rassemblés”.

Cette fusion devra-t-elle se faire avant l’attribution des licences ? On ne sait pas, mais dans ce cas, le déploiement commercial de la 3G prendra encore un peu de retard même si les commandes de terminaux ont déjà commencé.

Rappelons qu’au départ, la Chine entendait imposer le TD-SCDMA (Time Division Synchronous Code Division Multiple Access), norme maison, afin de lui éviter de verser des droits sur les technologies adoptées aux Etats-Unis et en Europe.

Pour autant, il est apparu que les puces développées pour la technologie TD-SCDMA ne seraient guère efficaces pour certaines applications 3G, comme le téléchargement de fichiers musicaux ou la vidéo-conférence. Ce qui a poussé les autorités à opter pour un choix mixte. Outre le TD-SCDMA, la Chine déploiera le WCDMA et le CDMA-2000, évolutions naturelles du CDMA et du GSM.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur