La Corée du Sud veut décrocher la Lune

Régulations

Le ‘pays du matin calme’ veut sa part du gâteau lunaire… pour 2020

Et voici que se pointe un nouvel acteur dans la course à la (re)conquête de la Lune, la Corée du Sud !

Une course qui prend de plus en plus une tournure asiatique, car ce sont désormais trois pays aux ‘yeux bridés’ qui affichent leurs ambitions sélénites, la Chine, le Japon, et donc la Corée du Sud. Avant probablement d’être rejoints par leur cousin indien.

Depuis que le Président Bush a relancé le programme spatial de la NASA, avec comme objectif de reconquérir la Lune afin de préparer le premier vol habité vers Mars, l’espace est redevenu un lieu prestigieux… et politiquement hautement symbolique.

L’occasion également pour les pays qui s’affirment à la pointe de la technologie, comme les Etats-Unis, le Japon et désormais la Corée du Sud, ou qui aspirent à le devenir comme la Chine ou l’Inde, d’afficher leur savoir faire et pour attirer l’attention.

Des coréens sur la Lune

zkslvii.gif

Si la Corée du Sud dispose d’un savoir faire reconnu sur les satellites – une douzaine conçus et fabriqués en Corée sont actuellement en orbite – le pays ne dispose pas de lanceur !

C’est pourquoi le programme spatial dévoilé par la Corée du Sud dispose d’un budget de 4 milliards de dollars US sur 10 ans, en grande partie investis dans un nouveau centre de recherche qui devrait être inauguré pour au mieux fin 2008, plutôt en 2009, et sera principalement consacré à l’élaboration d’un lanceur.

KSLV-II (Korea Space Launch Vehicle-2) est une fusée – image à gauche – dont la principale caractéristique sera d’emporter à partir de 2010 jusqu’à 300 tonnes dans l’espace. Et en particulier un premier robot lunaire programmé pour 2020, suivi par un second en 2025 qui devra non plus seulement alunir, mais également visiter la surface de notre satellite naturel.

KSLV-I, la première génération destinée à tester la technologie coréenne, devrait s’extraire de l’attraction terrestre vers la fin 2008… Le premier étage est dérivé de la – vieille mais fiable – technologie des lanceurs russes.

Figure également au programme un premier cosmonaute coréen, qui s’invitera moyennant finance sur une mission russe vers la station ISS (International Space Station), probablement vers la fin 2008.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur