La déroute de WebOS se traduit par toujours plus de licenciements

MobilitéOpen SourcePoste de travail
Licenciement (crédit photo © Chlorophylle - Fotolia.com)

Nouvel épisode dans la chute de WebOS, le système d’exploitation mobile de HP. La firme se sépare en effet de près de la moitié du personnel développant cette solution.

Depuis l’annonce en août 2011 de l’arrêt de WebOS par HP, tout va de mal en pis pour ce système d’exploitation mobile. Certes, la firme envisage toujours de lancer de nouvelles tablettes en 2012, mais elle ne se montre pas très enthousiaste.

Un nouveau développement touche aujourd’hui WebOS ; le licenciement de 275 des 600 développeurs travaillant sur cette offre. En septembre 2011, 500 développeurs de WebOS ont déjà fait les frais des tergiversations liées à la stratégie relative à l’OS mobile, rappellent nos confrères d’ITespresso.fr.

« WebOS n’a plus besoin d’autant d’ingénieurs et de postes similaires », précise HP dans une déclaration écrite, tout en tentant de justifier cette réduction de voilure : « Cela créé une équipe plus petite et plus réactive qui est bien équipée pour créer un WebOS open source, et poursuivre l’engagement à long terme d’HP en faveur du logiciel. »

Un naufrage en vue ?

Fin 2011, la firme américaine, désormais présidée par Megg Whitman, avait décidé de basculer WebOS sous licence open source. À la fin du mois de janvier, Jon Rubinstein, ex-PDG de Palm et l’un des plus fervents promoteurs de l’OS mobile, avait toutefois quitté le navire HP. Un signe fort de la déroute de cette offre, dont l’Américain ne semble plus savoir que faire.

Crédit photo : © Chlorophylle – Fotolia


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur