La difficile migration de Novell vers l’open-source

Réseaux

Les résultats trimestriels positifs de Novell cachent une position beaucoup moins enviable sur SuSE et la stratégie open-source Linux du groupe

Novell publie un résultat trimestriel en forte hausse, avec un chiffre d’affaires au troisième trimestre de son exercice 2004 qui passe en un an de 283 à 305 millions de dollars, et un bénéfice net quasi doublé à 23 millions de dollars.

Mais à bien y regarder, les résultats de Novell sont plus contrastés. A périmètre constant, c’est-à-dire hors SuSE et les dommages versés par Canopy Group en conclusion d’une procédure, le chiffre d’affaires est au contraire à la baisse à 265 millions de dollars. Plus connu pour ses solutions de gestion des réseaux Netware, Novell a fait le pari de devenir un vendeur de solutions et services open-source en rachetant l’éditeur allemand SuSE, auteur d’une distribution Linux. En réalité, SuSE n’aura rapporté que 19 millions de dollars à Novell ! Les ventes de licences du système d’exploitation SuSE Linux Enterprise Server sur le trimestre ont été limitées à 19.000 exemplaires, dont 12.000 chez un même client. IBM ? Le virage vers l’open-source est vital pour Novell, mais ses résultats dans le monde Linux sont encore limités. De quoi relancer la rumeur déjà évoquée ici sur le rachat de Novell, l’éditeur n’étant pas en position d’apporter une résistance élevée à une tentative d’OPA, par exemple. Un point positif, cependant dans les résultats de Novell : les comptes du groupe laissent apparaître une trésorerie largement excédentaire de 1,1 milliard de dollars en cash et placements à court terme, de quoi voir venir, et peut être s’offrir deux ou trois sociétés.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur