La faible croissance des réseaux très haut débit en France

Réseaux
Combien coûte le déploiemet d'un réseau optique FTTH ?

Le nombre de lignes très haut débit n’a progressé que d’à peine 3% en France en un an. La faute au câble.

Après les abonnements (lire La croissance tranquille du très haut débit en France), les infrastructures. Si à peine 20% des 8,98 millions de foyers éligibles profitent du très haut débit, les opérateurs n’en poursuivent pas moins la construction des réseaux très haut débit. Il s’agit aujourd’hui essentiellement de remplacer la boucle locale (le « dernier kilomètre ») historique cuivre par de la fibre optique avec, éventuellement, une terminaison en coaxiale sur les derniers mètres.

Ainsi, entre les 30 juin 2013 et 2012, 250 000 foyers ont été raccordés au très haut débit, selon l’observatoire des marchés de l’Arcep. Une croissance annuelle faiblarde de 2,9% pourtant bien supérieure à celle de moins de 1% du trimestre (+80 000) qui révèle, en apparence du moins, un ralentissement du secteur.

Le très haut débit ralentit par le câble

Dans les détails, les raccordements des foyers à la fibre (FTTH) connaît une progression trimestrielle de 187 000 nouveaux logements (+8%), là encore en retrait par rapport aux 757 000 sur l’année (+43%). Un « ralentissement » qui se traduit également dans le taux de mutualisation des réseaux. Sur l’année, la mise en commun des infrastructures par au moins deux opérateurs progresse de 76%. Contre 14% sur le trimestre. Au 30 juin, 1,39 million de foyers fibrés sont « mutualisés ».

Le ralentissement global est surtout entraîné par les architectures hybrides fibre-coaxial (FTTLA et HFC) proposées par Numericable. Son volume n’a progressé que de 0,8% sur l’année pour se fixer à 8,492 millions de foyers. Et de 6,2% sur le trimestre. Une faible progression entraînée par le recul annuel de 11% des lignes permettant de délivrer entre 30 et 100 Mbit/s alors que l’offre FTTLA à plus de 100 Mbit/s progresse dans le même temps de 11%. Ce qui relève clairement d’un effet de bascule probablement dû au renforcement de la qualité des lignes.

68% des ligne FTTH activées

Autrement dit, le très haut débit intermédiaire tend à disparaître au profit du « vrai » très haut débit. Mais l’évolution sera lente. Le « 30-100 Mbit/s» constitue 41,4% des 8,5 millions de lignes FTTLA/HFC.

Notons par ailleurs que sur les près de 9 millions de logements éligibles, à peine plus de 2,5 millions le sont en FTTH (certains foyers bénéficiant à la fois de la fibre et du câble). Dont 415 000 sont situés en-dehors des zones très denses, et 360 000 sont éligibles via des réseaux d’initiative publique. Plus de 1,7 million de ces foyers FTTH ont souscrit un abonnement. Soit un taux appréciable de 68% de fibres actives.

Près de 9 millions de foyers sont raccordés à un liaisons très haut débit en France au 30 juin 2013.
Près de 9 millions de foyers sont raccordés à un liaisons très haut débit en France au 30 juin 2013.

Crédit photo © zuchero – Fotolia.com


Voir aussi
La fibre optique en 10 questions


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur