La Fedora 15 dévoile ses nouveautés

CloudOpen Source

Cap sur la modernité pour la distribution Linux Fedora 15, qui sera livrée avec Gnome 3.0 et LibreOffice. Une offre prometteuse.

Il faudra attendre le 10 mai pour voir apparaitre la mouture définitive de la distribution Linux Fedora 15 « Lovelock », un projet parrainé par Red Hat.

Cette version se montera particulièrement moderne. Sauf gros retard de dernière minute, elle devrait s’architecturer autour d’un noyau Linux 2.6.38, qui fait sauter complètement le verrou géant et propose le correctif permettant de fluidifier l’OS en mode graphique. La Fedora 15 intégrera aussi les environnements de bureau GNOME 3.0, KDE 4.6 et Xfce 4.8.

Autre nouveauté, la suite bureautique LibreOffice remplacera OpenOffice.org. Nous ne savons toutefois pas encore si l’OS sera livré avec la mouture 3.3.2 ou 3.4.0 de cette solution. Prudemment, les développeurs ne signalent pas quelle version de Firefox sera incluse dans cette distribution Linux, la mouture 4 étant attendue pour la fin février.

La Fedora 15 fera un bond en avant dans le domaine de la sécurité : elle intégrera tout d’abord un pare-feu dynamique, dont le redémarrage ne sera plus requis en cas de modification des paramètres. Elle permettra également à chaque utilisateur de disposer de sa propre zone de données chiffrée. Enfin, les accès aux serveurs DNS seront protégés par DNSSEC, y compris sur les stations de travail.

Autres avancées, dans le cloud computing cette fois-ci : la Fedora 15 sera livrée avec une version cloud du système de fichiers GlusterFS, du nom de CloudFS, gérant le chiffrement et les infrastructures multi-tenants. BoxGrinder permettra pour sa part de créer des appliances logicielles Fedora, pouvant être déployées sous KVM, Xen, VMware ou EC2.

Les utilisateurs desktop ne sont pas oubliés : l’image « live » de la Fedora 15 sera mieux compressée (grâce à l’algorithme LZMA), la gestion de l’énergie plus fine (grâce à PowerTOP 2), et la gestion des paquets plus souple et plus rapide (grâce à RPM 4.9). Une fonctionnalité d’autocomplétion des mots inédite sera même de la partie. Comme sur un terminal mobile, il suffira de commencer à saisir un mot pour que l’ordinateur propose de le compléter. Voilà qui permettra de booster la vitesse de saisie des textes. Une excellente idée.

Les professionnels profiteront de la présence du système de déduplication des données LessFS, de l’outil de gestion des bases de données NoSQL Riak et du framework Tryton, qui permettra de mettre en place des applications d’entreprise : comptabilité, facturation, gestion des achats, des ventes, du stock, etc. Bref, une excellente base pour mettre en place un ERP (Enterprise Resource Planning – Progiciel de Gestion Intégré, en français).

Comme toujours, les développeurs seront gâtés, avec l’arrivée du GCC 4.6, de GDB 7.3, de Python 3.2, d’OCaml 3.12 et de Ruby on Rails 3.0.3. Les programmeurs Java seront heureux d’apprendre que Maven 3 fera son entrée.

Bien entendu, une partie de ces nouveautés pourrait être reportée à la Fedora 16, si le développement de la version courante prend trop de retard. Vous pourrez suivre l’avancement de tous ces travaux sur cette page web du Wiki de la Fedora.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur