La fibre optique pour 1 million de foyers français

Le nombre de foyers et entreprises raccordés à Internet en haut et très haut débit (THD) est passé, en France, à 21,3 millions au 31 décembre 2010 contre 19,8 un an plus tôt, selon les chiffres du 4e trimestre 2010 que l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) a publié. Soit près d’1,5 million de nouveaux bénéficiaires de l’Internet rapide (7 %). Les technologies xDSL (ADSL, VDSL…) constituent l’essentiel des abonnements (20,8 millions). Les 990.000 autres utilisant des alternatives comme le câble, le satellite, le wifi ou encore la fibre optique.

Cette dernière compte cependant à peine 115.000 foyers raccordés (FTTH). Le reste des 460 000 accès THD étant couvert par l’offre hybride fibre optique avec terminaison en câble coaxial de Numéricable pour l’essentiel (soit 345.000 abonnés). Un accroissement somme toute mesuré de 60 % par rapport au 288.000 bénéficiaires comptabilisés fin 2009.

Une adoption technologique qui devrait néanmoins s’accélérer en 2011 avec l’accentuation prévue du déploiement des réseaux optiques. Le nombre de foyers FTTH devrait ainsi doubler à 2 millions selon la volonté du gouvernement qui entend couvrir 70 % de la population en 2020 et la totalité en 2025 aux dires du Premier ministre François Fillon. Pour sa part, Orange a annoncé viser les 10 millions de foyers raccordés en THD d’ici 2015, et 15 millions en 2020 (60 % de la population). Si la course au très haut débit est bel et bien lancé en France, les risques de fracture numérique n’en restent pas moins très élevés selon l’Avicca (l’Association des villes et collectivités pour les communications électroniques et l’audiovisuel).

En 2010, le déploiement du THD s’est notamment concrétisé par le nombre de « linéaire » (le génie civil des fourreaux pour faire passer les fibres optiques) loué par les opérateurs à France Télécom. Celui-ci est ainsi passé de 560 km en 2009 à près de 2700 km (+380 %). Ce qui se traduit notamment par 1,075 million de logements éligibles au FTTH. Dont 175.000 (+1650 %) via la mutualisation (le fournisseur de services accède au réseau d’un opérateur tiers dans le cadre d’une offre de mutualisation) pour 3.300 abonnés effectifs (+843 %). Les offres d’accès fibre optique mutualisées gagnent donc du terrain au fil des mois. Elles concernaient à peine 10.000 foyers fin 2009.

Page suivante: le déploiement du haut débit se poursuitL’arrivée de la fibre optique ne freine pas pour autant l’accès au haut débit, notamment dégroupé (totalement ou partiellement, l’opérateur alternatif à France Télécom devient l’interlocuteur de l’abonné). Sur les 20,8 millions de lignes haut débit, plus de la moitié, soit 10,7 millions sont dégroupées (+228.000 sur le 4e trimestre 2010). Dont 9 millions totalement (+307.000).

La couverture du dégroupage atteint désormais 83 % de la population avec 5.412 NRA (point de raccordement des lignes des abonnés au réseau de l’opérateur) contre 5.238 fin 2009 sur un ensemble de 13.000 sur le territoire. Néanmoins, la croissance du dégroupage semble ralentir au 4e trimestre avec 275 NRA dégroupés contre 400 en moyenne les trimestres précédents.

A noter enfin l’élargissement de la couverture du haut débit sur le territoire, notamment grâce à des technologies dites de NRA-xy (NRA-ZO, NRA-HD…) qui consistent à « rapprocher » le NRA de l’abonné (par l’installation d’un sous-répartiteur) et raccourcir ainsi sa ligne téléphonique pour la rendre éligible à l’ADSL (technologie, rappelons-le, ineffective au-delà de 5 kilomètres de ligne environ ou au delà de 78 décibels du signal). 2015 NRA-xy sont désormais activés, dont 424 utilisés dans le cadre du dégroupage, contre 1801 il y a un an. De quoi rapprocher encore un peu plus le haut débit à l’ensemble des lignes téléphoniques de France dont 1,5% restent encore inéligibles au haut débit filaire.