La France sauve le chiffre d'affaires, en repli, de France Télécom

Réseaux

L’opérateur souffre de la crise. Le chiffre d’affaires global baisse de 2,6 %. La France sauve les meubles avec une hausse de 2,1 %.

“Dans un environnement qui continue de se détériorer, en particulier hors de France, le Groupe a vu au premier trimestre le nombre de ses clients progresser et atteindre plus de 183 millions.” Malgré l’optimisme de Didier Lombard, dirigeant de France Télécom, l’opérateur souffre. Avec 12,685 milliards d’euros, le groupe voit son chiffre d’affaires baisser de 2,6 % sur le premier trimestre 2009 par rapport à celui de 2008. Mais à base comparable (France Télécom a adopté une nouvelle norme comptable en 2009 qui permet de distinguer les résultats par zones géographiques), les résultats sont en hausse de 0,4 %.

Le groupe souffre essentiellement sur le marché européen. Moins 17,1 % au Royaume Uni, -24,2 % en Pologne, -4,1 en Espagne… La France résiste mieux avec une progression annuelle du CA de 1,9 % à 5,9 milliards d’euros (2,1 % à base comparable). Tout comme la Belgique (+2,5 %). La zone reste du monde se porte bien avec une progression de 5,1 % à plus de 2 milliards de revenus (mais -0,4 à base comparable). Tout comme les activités “Services aux opérateurs Internationaux et service partagés” (+11,7 % à 337 millions). Le secteur Entreprise se maintient : 1,93 milliard d’euros soit une progression de 1,2 % (0,4 à base comparable).

Bon signe, le nombre de clients de l’opérateur progresse de 6,3 % sur un an avec 10,9 millions de nouveaux utilisateurs acquis en un an. Tous les secteurs progressent : téléphonie mobile (+9,5 % à 123 millions), dont 37,7 % de forfaits (en hausse de 9 %, les offres prépayées régressant en Europe) et explosion de la 3G (+80 % à 20,6 millions). L’ADSL poursuit sa progression soutenue de 8,7 % avec 13,2 millions de lignes.

En France, France Télécom compte plus de 25 millions de clients mobiles (services de communications personnels) dont 17,11 millions avec forfaits et 11,56 millions de clients 3G. Si le secteur mobile progresse de 3,5 %, celui des lignes fixes régresse. A 21,56 millions d’abonnés, le nombre de clients “fixe” cède 4,6 % malgré une hausse de 79 % des accès ADSL nu (revente en marque blanche aux opérateurs alternatifs des lignes ADSL) à 2,24 millions de comptes. On apprend également que le dégroupage total constitue près de 80 % des 6,7 millions de lignes dégroupées.

Plus de 8,5 millions d’internautes sont abonnés à l’ADSL chez FT qui maintient une part de marché conséquente de 49,2 %. Parmi eux, 6,8 millions surfent depuis leur Livebox depuis laquelle ils utilisent la voix sur IP (6,1 millions) et les services de télévision (2,17 millions en hausse de 107 %). Conséquence, le revenu mensuel moyen par abonné (ARPU) passe de 31,5 euros à 33,3 euros (+5,7 %). Le nombre de lignes FTTH (fibre optique à domicile) progresse doucement à 26 000 contre 21 000 fin décembre 2008.

Malgré la récession économique, France Télécom maintient ses objectifs de dégager un cash flow (trésorerie) de 8 milliards d’euros en 2009 équivalents à celui de 2008. Hors acquisitions éventuelles de nouvelles fréquences pour les services mobiles, précise le groupe (attendu fin mars, l’appel à candidature autour de la 4e licence de téléphonie mobile découpée en deux n’est toujours pas pas publié). Pour y parvenir, France Télécom passera par la commercialisation de nouvelles offres, la réduction des charges opérationnelles (avec des licenciements en vue?), l’ajustement des CAPEX (Investissements corporels et incorporels hors licences de télécommunication et hors investissements financés par location financement) à l’évolution des pays. Le plan Orange 2012 d’optimisation de la structure des coûts également en cours de déploiement dans l’ensemble des pays participera à atteindre l’objectif.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur