La France toujours plus haut débit

Régulations

Notre pays compte désormais 11 millions d’abonnés Internet, dont la moitié en haut débit

On ne pourra bientôt plus parler de retard français en matière de haut débit. L’Internet rapide poursuit sa formidable croissance dans notre pays grâce à des prix en forte baisse et à une couverture qui progresse.

Selon les derniers chiffres de l’ART, le régulateur des télécoms, la France comptait 11 millions d’abonnés internet fin juin, dont près de la moitié en accès haut débit. Ils étaient cinq millions d’abonnés en juin et devraient être six millions à la fin de l’année, moment où le bas débit sera dépassé. Sur un an, le nombre d’abonnés en haut-débit a doublé. Côté chiffre d’affaires, cette inversion a déjà eu lieu. Au deuxième trimestre 2004, les revenus du haut débit s’élevaient à 458 millions d’euros, en hausse de 11,4% par rapport au trimestre précédent, pour 201 millions pour le bas débit, en baisse de 11%. L’ADSL reste la star de l’Internet rapide. Ce mode de transmission concerne 92% des accès, le reste allant au câble. La France se place ainsi au deuxième rang européen pour le nombre de lignes ADSL et au sixième rang mondial. La progression de l’ADSL est également due à l’avancée du dégroupage. Le nombre de lignes partiellement dégroupées a dépassé le million début octobre, ce qui représente plus de 20% de l’ensemble des abonnés ADSL. 50% de la population y a accès. Le dégroupage total, qui permet à terme de se passer totalement de France Télécom, ne représente que 51.000 lignes mais le régulateur observe une forte croissance depuis le mois d’août. Résultat, selon l’ART, la France se place désormais au 7ème rang en Europe en matière d’accès Internet devant le Royaume-Uni et l’Allemagne. Notre pays est par ailleurs en première place européenne pour le nombre de lignes DSL dégroupées. Cet “état des lieux” plutôt positif de l’Internet français n’a pas empêché l’ART de rappeler ses objectifs à court terme. La couverture territoriale doit avancer et les débits continuer leur montée en puissance. L’Autorité rappelle ainsi avoir autorisé le déploiement de l’ADSL 2+ dans le réseau de France Télécom, ainsi que l’offre ADSL Max, qui permet de débrider le débit vendu par France Télécom aux FAI (10 Mb/s théoriques).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur