La fusion entre Pentax et Hoya n’aura pas lieu

Cloud

Le directeur général de Pentax a démissionné, prenant acte de l’échec
d’années de négociations

Annoncée en décembre dernier, la fusion entre le fabricant d’appareils photo Pentax et Hoya, le spécialiste du verre de précision, notamment pour les disques durs semble aujourd’hui avoir été enterrée sine die.

Après des années de négociations entre les deux groupes japonais, le directeur général de Pentax, Fumio Urano, a jeté l’éponge et a annoncé sa démission. Et la nouvelle direction a officialisé l’annulation du rapprochement.

Ce refus pourrait avoir de lourdes conséquences pour Pentax. Le tout numérique est aujourd’hui la règle dans le secteur de la photographie. Si certains fabricants ont réussi à s’adapter, d’autres comme Kodak et Pentax ont mis du temps à réagir. D’autant plus que Pentax n’appartient pas à un grand conglomérat comme tous ses concurrents. Ce mariage avec Hoya devait lui permettre de reprendre la main.

Pour autant, selon les rumeurs internes, le rachat par Hoya aurait pu entraîner la fermeture de l’activité appareils photo de Pentax. En effet, le spécialiste du verre lorgnait d’abord et surtout les activités médicales de Pentax. La volte-face du fabricant le met en position difficile. Et le groupe ne s’interdit pas de lancer une OPA inamicale sur le fabricant.

Rappelons que Pentax est le premier fabricant nippon à avoir introduit les appareils photo reflex. C’était en 1952.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur