La Justice américaine compte enquêter sur les réseaux sociaux

Sécurité
Du rififi dans le nuage entre Amazon et Google

A l’appui d’un document de l’association de juristes EFF, la Justice américaine pourrait apporter des informations trouvées sur les réseaux sociaux lors d’un procès. Un guide des bonnes pratiques sur Facebook et autres MySpace et Twitter.

Le ministère de la Justice américain vient de diffuser un véritable guide pratique des bonnes méthodes pour utiliser les réseaux sociaux dans le cadre d’enquêtes. L’association Eletronic Frontier Foundation publie les « bonnes feuilles » de ce guide.

La Justice va regarder de plus près les sites dits 2.0 tels que Facebook, MySpace, Twitter ou bien encore LinkedIn pour en tirer le plus d’informations relatives à une enquête. A la loupe, Facebook permettrait de récupérer des « informations standards », comme des photos, des contacts de membres ou de groupe de membres mais aussi des logs de connexion IP. Un bon élève en somme.

De son côté, Twitter semble moins regorger d’informations utiles. Aucun numéro de téléphone n’est disponible, de même, le document rapporte que seul le dernier log de connexion est conservé. Pour sa part, LinkedIn s’avère être d’un usage un peu plus en retrait.

Une méthode logique au vu de l’essor des sites de réseaux sociaux. Toutefois le ministère de la Justice conseille d’avertir les jurés et témoins lors d’un procès de ne rien publier afin d’éviter de contourner le secret de l’instruction et des délibérés.

La technique se rapproche de l’approche des cyber-gendarmes français désormais autorisés à infiltrer les forums et autres MSN afin de repérer des pédophiles. Une cyber-infiltration qui pourrait, à l’avenir, se développer considérablement.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur