La NSA distribue son smartphone Android ultra sécurisé à ses agents

MobilitéOS mobilesPoste de travailSécuritéSmartphones

L’Agence de sécurité nationale américaine entend tester auprès de ses agents le terminal Android ultra sécurisé qu’elle a mis au point en interne. Avant une diffusion plus large au sein des équipes gouvernementales ?

En janvier dernier, la NSA (Agence de sécurité nationale américaine) finalisait une version ultra sécurisée d’Android. Une mouture destinée, à terme, aux usages gouvernementaux, estimions-nous, mais accessible à qui le souhaite de par sa licence open source.

Aujourd’hui, la NSA annonce qu’elle va distribuer à son personnel un smartphone Android sécurisé, connu sous le nom de code Fishbowl. Dans le cadre d’un programme de sécurisation des flottes mobiles, une centaine de ces terminaux conçus et fabriqués en interne ont fait l’objet d’un déploiement anticipé, à des fins d’expérimentation.

Objectif : assurer la confidentialité des données que le morcellement des parcs informatiques, consécutif à l’avènement des plates-formes nomades, met d’autant plus en danger. « Une lutte de tous les instants », estime l’Agence face à une multiplication de menaces qui relèvent d’une cyber guerre.

Pour y répondre, Fishbowl a la particularité de n’embarquer que des composantes universelles, prêtes à l’emploi, sans nécessiter une adaptation préalable à l’appareil sur lequel elles se greffent, souligne notre confrère ITespresso.fr. En contrepartie, ces éléments sont limités dans leurs fonctionnalités et leur évolutivité est quasi nulle. C’est notamment le cas de cette application de voix sur IP (VoIP) destinée à chiffrer l’ensemble des communications tout en redirigeant les paquets IP à travers les serveurs de la NSA, comme l’explique TechWeekEurope.co.uk.

La NSA joue la transparence numérique

Le dénommé SE Android, système d’exploitation du terminal expérimental Fishbowl, renforce en standard les politiques de sécurité : régulation des accès, contrôle des opérations d’entrée-sortie, définition des permissions accordées à chaque application. La NSA s’est engagée à jouer la transparence concernant ce coffre-fort numérique qui pourrait à terme s’exporter hors de son terrain conquis, pour investir les bureaux des grandes entreprises et des instances diplomatiques.

À travers son initiative, la NSA contribue donc à renforcer la sécurité d’Android. À raison de 850 000 activations de terminaux Android par jour, l’OS de Google est désormais l’environnement d’exploitation mobile le plus exposé.

Crédit photo © Zentilia – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur