La Poste Mobile fait l’impasse sur l’illimité

MobilitéRéseaux

Bien qu’exhaustives, les offres de La Poste ne proposent aucun forfait voix illimitée et préfère jouer la carte du sans engagement et des tarifs attractifs.

La Poste a dévoilé hier, lundi 23 mai, La Poste Mobile, nouvel opérateur mobile virtuel (MVNO) et son offre de téléphonie mobile attendue depuis août, date de signature de son accord avec SFR. Rappelons que les deux entreprises ont créé une joint-venture détenue à 51 % par le groupe postal et 49 % par SFR (Vivendi).

Les offres du nouvel MVNO restent dans la continuité des tarifs proposés aux salariés internes. Cartes prépayées, forfaits bloqués, ouverts et avec accès Internet et SMS illimité avec ou sans engagement… La Poste joue la carte de l’exhaustivité (et de la complexité) avec une vingtaine d’offres allant de 5 euros (premier prix en prépayé) à 44 euros (10 heures et web illimité à hauteur de 500 Mo de données téléchargées). De quoi y trouver son bonheur. Sauf à vouloir de la voix illimitée, une voie dans laquelle le facteur ne s’engouffre pas pour le moment.

Les tarifs restent néanmoins attractifs. Par exemple, un forfait sans engagement 4 heures avec web et SMS illimités pour 28 euros par mois à comparer aux 33 euros pour l’équivalence (Evasio 2) chez Bouygues Telecom à près de 37 euros pour deux ans d’engagement. Ne reste plus qu’à trouver les clients. La co-entreprise s’appuiera sur les 2.000 bureaux de postes qui vont progressivement prendre en charge la commercialisation de la totalité de la gamme d’offres mobiles d’ici la fin de l’année. Et 10.000 relais de La Poste qui vont commercialiser les recharges (forfaits bloqués et les formules prépayées).

Un puissant réseau de vente à partir duquel La Poste Mobile espère atteindre les 2 millions de clients d’ici 2015, en partant des 300.000 qu’elle héritera de Debitel (filiale de SFR « fondue » dans la joint-venture), et un chiffre d’affaires de 500 millions d’euros à cette échéance. Un objectif ambitieux qui devra probablement évoluer face aux offres d’abondances qui arrivent sur le marché, notamment chez Numéricable mais aussi Prixtel, sans compter l’attente créée avec l’arrivée de Free sur le marché du mobile en 2012.

Enfin, La Poste Mobile n’intègre pas d’offre ADSL alors que le quadruple play, ou à défaut les packs Internet et mobilité, s’inscrivent également comme une tendance du marché. Tendance que le nouvel MVNO a visiblement décidé de ne pas suivre. Pour l’instant.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur