La Poste MVNO : des tarifs vraiment compétitifs?

CloudOperateurs

La Poste lancera ses offres mobiles le 23 mai. Mais les postiers peuvent dès aujourd’hui souscrire aux services, à des prix privilégiés qui donnent un aperçu des tarifs publics.

La Poste participera-t-elle à la baisse des tarifs des offres de téléphonie mobile en France? A vérifier. Alors que l’entreprise de transport de courrier doit lancer son offre mobile le 23 mai prochain, le quotidien Liberation s’est procuré les tarifs des forfaits réservés aux postiers à partir de ce lundi 16 mai. Offres a priori privilégiées puisque les salariés des opérateurs bénéficient de réductions propres aux offres de leurs employeurs, généralement à hauteur de 30 % comme c’est le cas chez Orange ou SFR.

Dans le cas de La Poste, on y découvre un forfait voix 2 heures et Internet/e-mail illimités (à hauteur de 500 Mo de données consommées) pour 20,80 euros (qu’on suppose toutes taxes comprises) par mois, pour un engagement de 12 mois minimum. Soit un forfait autour de 27 euros tel qu’on risque de le voir commercialisé sur le marché. Légèrement moins cher que les 28,90 euros du forfait Evasio 2 heures (1 heure + 1 heure après 18 heures et week-end) de Bouygues Telecom figurant parmi les offres les moins onéreuses du marché dans cette gamme de service. Des forfaits voix (jusqu’à 4 heures) avec SMS en option, voix-Internet jusqu’à 10 heures et cartes prépayées figurent également au catalogue.

A noter que les postiers, et probablement les clients finaux, pourront profiter de tarifs d’autant plus réduits et sans engagement qu’ils conserveront leur téléphone actuel. Un bon point pour la chasse au gaspillage des terminaux mobiles rendus obsolètes avant l’heure. Le forfait 2 heures voix avec Internet tombe alors à 16,80 euros (moins de 22 euros potentiellement pour l’offre publique). Il conviendra évidemment de confirmer ses tarifs le 23 mai prochain, lors du lancement du service pour lequel La Poste s’appuie sur le réseau de SFR. Des conditions intéressantes, donc, sans être révolutionnaires comme tente notamment de l’être Numericable avec son offre de téléphonie mobile à partir de 25 euros (pour les clients du câblo-opérateur) et 50 euros (pour les autres).

Le groupe postal participera donc à la montée en puissance des opérateurs mobiles virtuels (MVNO). Au premier trimestre 2011, ils ont connu une poussée notable de leur recrutement avec 566.000 cartes SIM activées sur la période pour un total de 5,2 millions de comptes, soit près de 10 % du marché (9,87 %), selon les chiffres de l’Observatoire du marché de l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes). Une hausse annuelle de près de 42 % qui doivent faire pâlir d’envie les opérateurs de réseau (qui en bénéficient néanmoins indirectement en louant leurs infrastructures).

Cette poussée de fièvre est notamment due à l’affaire de l’augmentation de la TVA qui, en début d’année, a touché les abonnements fixes et mobiles. Sauf qu’au dernier moment, et sous l’impulsion de Bouygues Telecom, les opérateurs mobiles ont finalement décidé de supporter la différence due à l’augmentation des taxes sur la facture finale, limitant ainsi les mouvements de désabonnements de leurs clients vers les MVNO d’autant plus incitatifs qu’ils s’effectuaient sans frais de résiliation (en théorie).

Il n’en reste pas moins que les MVNO participent à la baisse des prix du mobile sur le marché français, longtemps réputé pour être l’un des plus onéreux du marché européen. Après le coup de force de Numericable (et sa stratégie douteuse orchestré sur le mode de l’opérateur mystère), l’arrivée de La Poste (qui devrait accélérer la pression sur les tarifs), Free devrait encore une fois ruer dans les brancards en 2012 avec l’ouverture de ses propres forfaits mobiles. De quoi pousser les opérateurs de réseau à revoir en profondeur les tarifs de leurs catalogues…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur