La première femme touriste spatiale est? iranienne

Régulations

Entre technologies, finances et politique, la première touriste spatiale, Anousheh Ansari, n’a pas fini d’agiter les médias américains

La mission russe Soyouz TMA-9 va s’envoler prochainement de Baïkonour. A son bord, un astronaute américain, un cosmonaute russe, et une touriste iranienne, Anousheh Ansari.

Cette femme entrepreneur dans les télécoms et diplômée de deux universités américaines, a versé 20 millions de dollars pour participer en touriste à cette mission qui va rejoindre la station ISS (International Space Station).

Après trois touristes masculins qui ont visité l’espace depuis 2001, Anousheh Ansari était numéro deux dans l’ordre des candidates. Mais la précédente candidate, la japonaise Daisuke Enomoto, a échoué aux tests.

Anousheh Ansari n’est pas une inconnue. Passionnée par le domaine spatial, elle est avec son mari à l’origine du concours Ansari X-Prize, doté d’un prix de 10 millions de dollars, qui a récompensé le premier vol d’une navette touristique suborbitale emmené par le sémillant Richard Branson (Virgin).

Elle est aussi la cocréatrice de Prodea, une société américaine basée à Dallas qui développe des projets de véhicules suborbitaux lancés à partir d’avions.

Mais en dehors de l’anecdote historique -pas la première femme cosmonaute, loin s’en faut, mais passagère touristique-, sa participation au vol soulève une polémique dans les médias américains. Elle est en effet de nationalité iranienne et ne s’en cache pas. A l’heure où le climat géopolitique entre l’Iran et les Etats-Unis sur la question nucléaire se dégrade, sa participation est devenue un sujet de discorde entre politiques et scientifiques…

Quant aux russes, pragmatiques, ils ont encaissé le chèque d’Anousheh Ansari. Elle a payé sa place pour jouer les spationautes sur un vaisseau spatial russe Soyouz, n’en déplaise au géant américain !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur