La pub ‘online’ s’infiltre dans les jeux Electronic Arts

Régulations

Le premier éditeur mondial de jeux vidéo veut sa part de publicités. Il a signé plusieurs accords pour placer de la pub en ligne dans ses prochains jeux, et non plus les figer dans le code

Pourquoi la publicité en ligne se concentrerait-elle sur les sites Web ? Electronic Arts (EA), le premier éditeur mondial de jeux vidéo, aimerait bien en grignoter quelques parts. La multiplication des jeux en ligne sur PC ou sur les consoles de nouvelle génération l’accompagne.

Certes, la publicité sur les jeux vidéo n’est pas une nouveauté, mais elle prenait généralement des formes détournées : autopublicité des éditeurs eux-mêmes, ou ‘co-branding‘, à l’image de fabricants automobiles qui négocier la présence de leurs véhicules dans des jeux de courses. Ou alors elle était codée et donc figée dans le jeu. L’annonce d’aujourd’hui est autrement plus stratégique, puisqu’elle officialise contractuellement des pratiques qui faisaient presque figure d’exception jusqu’à présent. Mais surtout que ces pubs seront téléchargées en ligne et non plus codées dans le jeu. Le contenu des espaces publicitaires dans un même jeu pourra donc changer avec le temps. EA a signé deux premiers contrats publicitaires avec des spécialistes de cette nouvelle forme de pub en ligne – Massive, une filiale de Microsoft acquise récemment, et IGA Worldwide ; Double Fusion, le troisième larron, pourrait suivre – pour que des pubs fournies par ces derniers apparaissent sur des jeux à venir. Quatre jeux pour Massive, dont ‘Need for Speed : Carbon‘, trois pour IGA, dont ‘Battlefield 2142‘. Qu’en pensent les joueurs ? Tous ne sont pas opposés à la pub sur les jeux, en particulier les jeux de sports où elle apporte son lot d’immersion et de réalisme. Mais ce n’est pas l’avis de la majorité, qui trouvent qu’un jeu à 50 euros et plus c’est déjà cher, et qu’à ce prix les éditeurs pourraient éviter d’en faire un support de pubs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur