La Sacem et les acteurs de l’édition musicale annoncent les premières normes DDEX

Régulations

Le choix de la Sacem va dans le sens d’une meille rémunération des artistes

Pour mémoire, Digital Data Exchange, ou DDEX (prononcer ?di-dex?), a été créé en mai 2006, en s’appuyant sur les travaux du projet Mi3p (Music Industry Integrated Identifier Project) commencés en 2000, pour concevoir, développer et gérer une architecture fiable de normes d’échange de données pour les informations liées au contenu des supports numériques musicaux.

Les membres fondateurs de l’organisation sont les sociétés de gestion de droits musicaux des États-Unis, du Royaume-Uni, d’Espagne et de France, l’ASCAP (American Society of Composers, Authors and Publishers), Harry Fox Agency Inc. (HFA), MCPS-PRS Alliance Limited, la SGAE (Sociedad General de Autores y Editores), et la SACEM (Société des Auteurs, Compositeurs et Éditeurs de Musique); les quatre majors EMI Music, SONY BMG, Warner Music Group, Universal Music Group; et les fournisseurs de contenu, AOL LLC, Apple Computer Inc., Microsoft Corp. et RealNetworks.

DDEX officialise aujourd’hui les quatre premières normes permettant un partage d’informations et des méthodes de transactions efficaces entre tous les acteurs impliqués dans la chaîne de distribution de musique en ligne. DDEX regroupe les plus importants acteurs concernés par la distribution de contenus en ligne, dans un esprit de coopération. La première étape de leur travail concerne la musique.

-La première norme permet aux organisations souhaitant avoir leur contenu musical disponible dans le domaine numérique de communiquer aux fournisseurs de contenus en ligne les informations sur ces ?uvres musicales et les enregistrements sonores correspondants. Le message est connu sous le terme d’ERN (Electronic Release Notification Message Suite Standard).

-La deuxième norme d’échange de données dénommée DSR (Digital Sales Report Message Suite), permet aux fournisseurs de contenus musicaux en ligne de transmettre des informations sur les ventes de musique réalisées par leur service aux maisons de disques et aux sociétés de gestion de droits musicaux afin qu’elles puissent à leur tour effectuer des paiements aux artistes et créateurs dont la musique est utilisée.

-La troisième norme est le dictionnaire de données qui recense et explique les termes utilisés.

-La quatrième norme permet d’identifier les acteurs de la chaîne de valeur.

“Les membres de DDEX, notamment les maisons de disques, les sociétés de droit musicaux et les prestataires de services numériques collaborent depuis le mois de mai pour définir ces quatre premières normes” a déclaré Chris Amenita (de la société américaine de droits d’auteur ASCAP), Président de DDEX. “Ces normes répondent aux aspects les plus critiques des échanges de données pour l’industrie musicale, et je suis heureux de la capacité du groupe à se réunir et à faire de tels progrès aussi rapidement.”

Les normes complémentaires permettant un fonctionnement optimal de la circulation de la musique en ligne devraient voir le jour au cours du 2nd trimestre de l’année prochaine.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur