La Société Générale rafraîchit sa gestion des filiales

Cloud

La Société Générale gère désormais ses filiales et ses participations à l’aide d’un nouveau logiciel

La Société Générale se met à jour dans le suivi de ses filiales. Le groupe, qui compte 2.789 agences en France et est présent dans 80 pays, a choisi un éditeur indépendant, Equity, spécialisé dans le suivi des titres de participation. C’est ce qu’annonce ce dernier, le 10 mai. ”

Cette solution déjà éprouvée dans de grands groupes bancaires proposait une couverture fonctionnelle appropriée et une structure ouverte aux évolutions” explique Christian Ligeour, responsable projet de la banque. A l’origine de cette décision, le fait que la solution de gestion des titres de participation de l’établissement était obsolète; le renouvellement s’imposait. En outre, la loi sur la sécurité financière de 2003 oblige les groupes à connaître de manière très précise la situation de chacune de ses sociétés. Autonomie de l’outil La phase d’implantation de l’outil devrait durer six mois environ, prévoit l’éditeur : il s’agit d’intégrer des données provenant de deux outils différents qui se sont succédés, avec des historiques de plus de cinq ans. Ensuite, le groupe disposera de façon autonome de l’application Web, développée sur une ‘suite’ Microsoft, qui sera hébergée sur un serveur interne. ” C’est une exigence forte de la part de nos clients bancaires, ” explique Alexandre Reina, responsable marketing de l’éditeur, ” leurs contraintes de sécurité et de confidentialité sont prioritaires“. Toutes les étapes de la vie de chacune des sociétés du groupe sont retracées dans le logiciel, échange de capital, nomination d’un dirigeant. “95% des champs demandés par les entreprises sont couverts par l’outil, et d’autres peuvent être ajoutés, si nécessaire“, poursuit Alexandre Reina. Mandataires identifiés Les personnes ne sont pas oubliées : les mandataires sont associés à chaque société. Ainsi, le nombre de mandats par individu est apparent, ce qui permet de vérifier que le groupe répond aux obligations de la loi. Le logiciel permet de générer des fiches de société, au format désiré, et un outil de recherche croise trois critères. Au sein de la Société Générale, 200 personnes y auront accès, en fonction de droits qui leurs seront attribués par des “super-administrateurs”. Par exemple, ces derniers peuvent limiter l’accès aux données concernant une zone géographique. Banques au point La Société Générale rejoint donc le Crédit Agricole, Crédit Lyonnais, Natexis Banques Populaires, BNP Paribas, Crédit Foncier, Dexia, Banque Postale, qui ont choisi cet éditeur – dont le chiffre d’affaires, de 1,2 million d’euros en 2005, devrait quasiment doubler cette année. Résultat, Equity étend sa gamme. Il propose déjà son nouveau logiciel Visual Risk, dédié à la gestion des risques opérationnels, et accompagne certaines banques dans des projets de gestion de la gouvernance.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur