La télévision mobile sur les rails

Régulations

C’est confirmé: autour du ministre de l’Industrie, Patrick Devedjian, une cinquantaine d’acteurs des médias et des télécoms ont signé un ‘engagement commun’ pour le lancement de la télévision mobile sur les téléphones et les véhicules

Comme annoncé il y a une semaine (cf. nos informations), une cinquantaine de dirigeants de l’audiovisuel et des télécoms ? parmi eux, TF1, France Télévision, Canal+, Vivendi Universal et TDF, ainsi qu’Orange, SFR, Bouygues Telecom et Nokia ? ont signé en présence du ministre de l’Industrie un ”

engagement commun” sur la télévision mobile. Il s’agit de fournir des programmes audiovisuels pour la téléphonie mobile, les périphériques mobiles, ainsi que les véhicules en déplacement, voitures ou trains. L’engagement prévoit les premières expérimentations pour la fin 2005. Le dossier n’est cependant pas simple. Il faut tout d’abord trouver des canaux de diffusion ! Les opérateurs télécoms réclament le bloc de fréquences ‘R5’ de la TNT, la télévision numérique terrestre, non encore attribué. Mais les géants de l’audiovisuel y sont opposés, le projet initial prévoit en effet l’attribution des fréquences R5 aux télévisions locales et surtout à la télévision haute définition. D’ailleurs, le CSA, le Conseil supérieur de l’audiovisuel, dénonce une tentative d’OPA des opérateurs mobiles. Mais le projet présente aussi un autre challenge, celui du contenu. En effet, ce dernier devra être adapté aux supports et proposer des programmes spécifiques. Sur ce plan, France Télévisions ? le seul groupe TV qui ne soit pas proche d’un opérateur (TF1 possède Bouygues Télécom, et Canal+ proche de VU/Cegetel/SFR) – se préoccupe de la cession des droits sportifs aux opérateurs télécoms, et TF1 du marché de la publicité, loin d’être extensible à volonté. En tous cas, Patrick Devedjian, le ministre de l’Industrie, y croit. Il a qualifié la télévision mobile de “marché particulièrement prometteur. Cependant, conscient des difficultés, il a indiqué que “les promesses de ce nouveau marché ne pourront pas être tenues sans une étroite coopération entre industries des télécommunications et de l’audiovisuel.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur