La vague de spam reflue-t-elle ?

Sécurité

Selon un journaliste du Washington Post, la fermeture d’un hébergeur américain, McColo Corp a fait diminuer de 75 % les spams diffusés dans le monde. Vraiment ?

C’est après une enquête de plus de quatre mois que Brian Krebs, journaliste au quotidien américain The Washington Post, a découvert que la fermeture d’un hébergeur situé en Californie a abouti à tarir le flot de spam à travers le monde.

McColo Corp servait de plate-forme à de nombreux spammeurs, et serait responsable de l’émission de plus de 75 % des pourriels diffusés, a en croire le quotidien. Pour preuve, seulement deux jours après la fermeture du site, il fut constaté une baisse du nombre d’envois de spams d’environ 35 à 50%. Dès lors, entreprises et professionnels tels que MXLogic, Spamcop.net, Security Fix, MessageLabs ou encore IronPort ont relevé cette baisse.

Certains spécialistes penchent alors sur la piste des ordinateurs zombies. Les botnets semblaient se servir de la société McColo comme tremplin aux spammeurs afin d’envoyer des messages non-sollicités par dizaines de milliers.

Toujours est-il qu’après le déferlement de ces messages pendant la campagne présidentielle américaine, le flux semble se résorber. Pendant cette période, Barack Obama a suscité 7 fois plus de spams en moyenne que le sénateur John McCain. Pendant le mois de septembre, 84% des spams politiques concernaient le sénateur démocrate…

Dans le cas de l’arrêt de McColo, la société IronPort estime avoir vu le nombre de courriers indésirables passer de 190 milliards par jour à 112 milliards. Mais son responsable produit Nilesh Bhandari, cité par le Washington Post,s’attend à une reprise progressive. Surtout à de nouveaux records au moment des fêtes de fin d’année.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur