La vidéo à la demande, un futur marché à 500 millions d’euros ?

Régulations

Selon une étude, la vidéo à la demande payante devrait réussir à s’imposer
d’ici à 2012. L’analyse prévoit un développement record alors qu’un autre
cabinet n’y croit pas…

La vidéo à la demande (VoD) a un avenir. Un riche avenir. Une étude publiée le 29 mai par le cabinet Oliver Wyman, démontre que la vidéo en ligne devrait générer en 2012 pas moins de 500 millions de dollars contre 56 million en 2007, soit plus du double du marché des locations de DVD.

Les auteurs de l’étude, interrogés par les Echos,estiment que le marché de la VoD français, riches de ses 2.500 titres pourra s’appuyer sur  » (?) le gisement de croissance lié à l’amélioration de l’ergonomie d’utilisation et aux fonctionnalités additionnelles, telles que les outils de recherche par mots clefs intégrés à l’écran, les « playlists » partagées, ou encore les avis et les recommandations échangés entre utilisateurs« .

La projection, plus qu’optimiste, s’appuie sur une dépense de 8,8 euros par foyer en 2012 contre 5,5 euros en 2007. Chez Oliver Wyman on insiste sur le fait que le « défi va rapidement consister à doter le téléviseur de fonctionnalité inspirée du PC, à l’instar des fonctions de recherches ou de partage des avis d’autres utilisateurs » .

Une étude réalisée auparavant par le cabinet Forrester insiste elle aussi sur ce point. Mais pour le cabinet, c’est plutôt l e modèle gratuit qui va s’imposer avec l’essor de sites comme Youtube, qui ont définitivement trouvé leur place sur la Toile et fidélisé une audience importante. Pire, Forrester prévoit un essoufflement puis un ralentissement de la vidéo en ligne payante. La faute à des contraintes techniques telles que la multiplicité des formats de stockage et les contraintes techniques qui, à la longue, décourageront l’internaute.

Bref, si l’avenir de la VOD s’annonce radieux, la question du modèle économique reste toujours posée.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur